BFMTV

EDITO - Cahuzac: une commission pour rien?

Jean-François Achilli, directeur de la rédaction de RMC et éditorialiste RMC/BFMTV

Jean-François Achilli, directeur de la rédaction de RMC et éditorialiste RMC/BFMTV - -

La commission d'enquête parlementaire sur l'action du gouvernement pendant l'affaire du compte suisse de Jérôme Cahuzac lance mardi ses auditions avec les journalistes de Mediapart et Michel Gonelle, l'homme par qui est arrivé le premier grand scandale de l'ère Hollande.

C’est ce jeudi matin que va avoir lieu la première audition à l’Assemblée Nationale de la commission d’enquête parlementaire sur l’affaire Cahuzac. A quoi va-t-elle servir? A rien...

Tout d’abord, voici l’intitulé soviétique de la dite commission : "éventuels dysfonctionnements dans l'action du gouvernement et des services de l'état, entre le 4 décembre 2012 et le 2 avril 2013, dans la gestion d'une affaire qui a conduit à la démission d'un membre du gouvernement". Le nom de Cahuzac n’est même pas cité, comprenne qui pourra.

Cette commission a été réclamée par Jean-Louis Borloo en pleine tempête politique... "L’UDI a surfé sur l’émotion du moment pour faire un coup, c’est assez malsain", râle un responsable socialiste, qui ajoute: "nous pouvions difficilement dire non, les gens auraient pensé qu’il y avait quelque chose à cacher". Va donc pour cette commission présidée par le centriste Charles Amédée de Courson. Les trente membres qui la composent vont sans doute trouver le temps long.

Les députés vont auditionner ministres et journalistes

Les députés vont auditionner des ministres, des personnalités politiques, des journalistes… A commencer à 8h45 ce matin par Edwy Plenel et Fabrice Arfi de Médiapart, qui ont révélé toute l’affaire. Cet après-midi, ce sera au tour de l’avocat Michel Gonelle, détenteur de l’enregistrement téléphonique magique qui a fait tomber l’ex-ministre du budget. Les députés vont donc revisiter une histoire cent fois lue et entendue, dont Fabrice Arfi vient de tirer un livre détaillé. Il y aura une vingtaine d’auditions d’ici à juillet, une centaine d’heures au total. Pourquoi donc refaire le film, alors que deux magistrats enquêtent, les juges Renaud Van Ruymbeke et Roger Le Loire?

Concrètement, que peut apporter la commission? Peu de choses: elle ne dispose d’aucun moyen sérieux pour mener des investigations. La fraude fiscale ne sera pas évoquée, elle relève de l’enquête judiciaire. "Nous ne devrions nous en tenir qu’à une seule question", estime l’un de ses membres, le député PS Jean-Marc Germain: "qu’a fait l’administration fiscale quand elle a détenu certaines informations?" La grande interrogation, "le président, les ministres savaient-ils", risque de demeurer sans réponse, à l’état de rumeur.

Au final, ce sera du spectacle… Avec les auditions de Jérôme Cahuzac, qui va s’offrir une nouvelle tribune, et des trois ministres, Manuel Valls, Christiane Taubira et Pierre Moscovici, qui vont répéter les mêmes choses. La droite en profitera pour remettre le mistigri sur le dos du ministre de l’économie qui aimerait bien se débarrasser du sparadrap Cahuzac.

||| Jean-François Achilli

Directeur de la Rédaction de RMC et éditorialiste RMC/BFMTV

Il intègre la rédaction de France Inter en 1998, puis le service politique en 2000, dont il prend la direction en septembre 2008. Il rejoint RMC en décembre 2012 comme directeur de la rédaction et éditorialiste RMC/BFMTV.

>> Suivez-le sur Twitter @jfachilli