BFMTV

Accident de Millas: le somnifère de la conductrice du car n'est pas en cause 

-

- - -

La violente collision entre un autocar de ramassage scolaire et un TER avait fait 6 morts et 18 blessés graves en 2017. Selon les dernières expertises médicales, le somnifère pris par la conductrice n'est pas en cause.

L'enquête concernant le drame de Millas, lorsque six collégiens étaient morts en raison de la collision entre un car scolaire et un TER, le 14 décembre 2017, se poursuit. Et un nouvel élément a été dévoilé jeudi. Selon les dernières expertises médicales, rapportées par RTL, le somnifère que prenait la conductrice du bus n'est pas en cause dans l'accident. 

Son avocat, Maître Jean Codognès, a indiqué sur la radio que sa cliente est "soulagée" de l'issue de l'expertise. "Elle le déclare depuis le début et au fur et à mesure que l'instruction évolue, on constate bien que cette femme n'a pas inventé le dossier. Cela a mis du temps mais ses déclarations sont confirmées", a-t-il ajouté. 

La conductrice du car est mise en examen pour "homicides et blessures involontaires par imprudence". 

Pas de dysfonctionnement du passage à niveau

En mai dernier, le Bureau d'enquêtes sur les accidents de transport terrestre (BEA-TT), déclarait que le "scénario le plus probable" de l'accident mortel de Millas dans les Pyrénées-Orientales est que la conductrice du car n'a pas perçu que le passage à niveau, situé juste après un carrefour, se fermait.

La violente collision entre un autocar de ramassage scolaire et un TER au passage à niveau n'est, toujours selon le BEA-TT, pas liée à un dysfonctionnement des équipements ferroviaires: le passage à niveau, sur la route départementale 612, a fonctionné correctement.

Clément Boutin