BFMTV

13-Novembre: ce qu'a dit Salah Abdeslam au juge d'instruction

Salah Abdeslam - Image d'illustration

Salah Abdeslam - Image d'illustration - AFP

Salah Abdeslam, seul membre encore en vie des commandos à l'origine des attentats du 13-Novembre à Paris et Saint-Denis, a été entendu par le juge d'instruction jeudi. Il n'a pas répondu à ses questions et a préféré faire une courte déclaration.

Entendu pour la septième fois jeudi 28 juin, Salah Abdeslam, unique survivant des commandos du 13-Novembre, est de nouveau sorti de son silence. Mais il a décidé de ne répondre à aucune question et de faire une courte déclaration qui tient en moins de dix lignes.

Dans ce monologue retranscrit sur procès-verbal, qui constitue un véritable message de propagande, Salah Abdeslam interpelle directement Emmanuel Macron en affirmant que la France "fait couler le sang des musulmans", ce qui entraînerait selon lui le fait qu'il puisse y avoir des victimes françaises d'actes terroristes.

Il ne semble pas du tout avoir renié l'idéologie de Daesh car il souligne que l'insécurité "continuera de régner en France". Enfin, il s'adresse aux victimes du 13-Novembre sans le moindre de regret ni compassion et déclare de manière très froide que tout serait, selon lui, de la faute des dirigeants occidentaux. 

Après cette déclaration, les juges lui ont posé plusieurs questions, mais Abdeslam est resté mutique. 

M.P