BFMTV

Violences policières: Aïssa Maïga et Adèle Haenel expliquent leur mobilisation avec le Comité Adama

Aïssa Maïga, Adèle Haenel

Aïssa Maïga, Adèle Haenel - AFP

Les deux actrices, engagées dans la lutte contre les violences policières, participeront ce samedi à la manifestation organisée à Paris par le collectif "La vérité pour Adama".

Réunies dans un entretien croisé publié par Libération, Aïssa Maïga et Adèle Haenel ont évoqué leurs engagements aux côtés du Comité Adama, qui organise ce samedi une nouvelle manifestation. Les deux actrices, qui avaient déjà participé le 2 juin dernier au rassemblement devant le tribunal de grande instance de Paris, seront au rendez-vous ce samedi, place de la République. 

"Ce combat est celui de la justice", a estimé Aïssa Maïga, expliquant avoir rencontré Assa Traoré lors de la sortie du livre collectif Noire n’est pas mon métier. "Je la connaissais de loin, je connaissais son combat, et elle est apparue. Le soutien est devenu une évidence et il prend véritablement corps depuis quelques mois".

L'actrice a expliqué avoir "tout de suite été impressionnée par cette femme, sa force tranquille, et cette capacité à tisser du lien, à penser son drame familial en termes politiques". "Sa voix compte. Ce n’est pas seulement une icône: elle permet l’émergence d’un mouvement", a ajouté Aïssa Maïga.

"Je ne peux pas faire les choses à deux vitesses"

Pour Adèle Haenel, déjà mobilisée contre les violences sexuelles et sexistes, l'engagement est plus récent. "Il m’a fallu passer par une problématique qui me traversait, qui impliquait mon corps dans une discrimination pour me mêler aux autres injustices", a-t-elle expliqué.

"J’écoutais ce que disait Assa Traoré et j’étais frappée par sa détermination et son intelligence", a-t-elle poursuivi. "Mais ce n’est que très récemment que j’ai également pris conscience physiquement que je ne pouvais pas ne pas soutenir cette femme et toute la lutte contre les violences policières et le racisme, de la même façon que je prends à bras-le-corps la lutte pour le féminisme et contre les violences sexuelles. Je ne peux pas faire les choses à deux vitesses".

Adèle Haenel a confié parler depuis son "parcours politique personnel, implanté dans le féminisme, un parcours qui est bouleversé par le mouvement mondial autour des violences policières et par le mouvement français autour du Comité Adama".

"Je dirais que prendre en charge ma propre histoire m’a donné la capacité de m’occuper d’autres problématiques plus larges, qui ne me touchent pas immédiatement", a poursuivi l'actrice, qui a porté plainte contre le réalisateur Christophe Ruggia, qu'elle accuse de harcèlement sexuel et d'attouchements. "Je parle d’une espèce de réveil politique. Cette envie aussi de témoigner mon soutien aux familles des victimes, au mouvement politique contre le racisme et les violences policières en France, ainsi qu’aux comédiens qui prennent position".

"Un racisme omniprésent" 

Aïssa Maïga a expliqué que "pendant longtemps, la question raciale dans le cinéma était tellement envahissante dans (son) parcours qu’elle a cannibalisé tout le reste".

"J’avais le sentiment que c’était moins difficile d’être une femme, dans un monde qui discrimine pourtant les femmes, que d’être une femme noire", a-t-elle confié, dénonçant un "racisme soft, rarement cru mais qui est obsédant... car omniprésent" en France. "Le travail fait par les afro-féministes en France et à l’étranger a mis les mots que je n’avais pas à disposition parce que je n’avais pas cet héritage."

Revenant sur l'événement du 2 juin, lors duquel près de 20.000 personnes se sont réunies pour manifester, les actrices ont souligné "un tournant" dans le mouvement.

"La mort d’Adama Traoré, étouffé sous trois gendarmes, s’est matérialisée sous nos yeux avec les images insoutenables de celle de Floyd. La jeunesse française qui regarde ces images ne peut pas ne pas faire le lien, il est évident", a assuré Aïssa Maïga.

"Un tournant" dans le mouvement

L'actrice a salué "une forme d’activisme accessible qui se développe via les réseaux sociaux", où "les gens qui militent vont impliquer les autres par des phrases simples, accessibles".

"Il y a aussi l’idée qu’il faut établir un lien entre les violences policières, le racisme qu’on peut rencontrer dans d’autres espaces sociaux, la question de l’égalité femmes-hommes, celle de l’environnement, de l’urgence aussi de traiter ces problèmes-là maintenant", a-t-elle remarqué. "Et enfin le sentiment d’injustice, qui est omniprésent et lié à la circulation des images sur les réseaux sociaux. Les violences policières s’enchaînent les unes après les autres, et cela crée un effet d’accumulation. Ce n’est pas qu’une vision politique dogmatique, mais un réel qui est vécu ou perçu comme réel".

"Il y a un tournant dans l’efficacité du mouvement aussi", a renchérit Adèle Hanel. "Ce sentiment porté par Assa Traoré que nous sommes puissants. Ce ne sont pas que des idées qui se baladent dans le monde, ce sont des idées qui font advenir le monde. Cela donne un espoir et une responsabilité à toute une génération".

Nawal Bonnefoy