BFMTV

Téléfilm avec Richard Berry déprogrammé: Roselyne Bachelot met en avant "la présomption d'innocence"

En pleine polémique, alors que l'acteur est accusé d'inceste, France 3 a pris la semaine dernière la décision de déprogrammer un téléfilm le mettant en scène.

Invitée ce lundi sur BFMTV, Roselyne Bachelot a réagi à la déprogrammation d'un téléfilm avec Richard Berry sur France 3, survenue après les révélations sur les accusations d'inceste qui visent l'acteur. Ce téléfilm, La loi de Damien, dans lequel l'acteur incarne un avocat, avait été diffusé une première fois début 2020 et sa rediffusion était prévue sur France 3 le 12 février en soirée.

"J'ai deux piliers dans ce domaine: le respect de la parole de la victime, et la présomption d'innocence de l'accusé", a expliqué la ministre au sujet de ces accusations d'abus sexuels. "Les deux doivent être menés de la même façon. Il y a une mise en cause médiatique qui peut atteindre la présomption d'innocence, des demandes de sanctions qui sont faites alors que l'enquête n'a pas été menée, et le jugement n'a pas été prononcé".

"Chacun fait son choix personnel dans ce domaine, et se sent concerné ou pas", a-t-elle ajouté. "Ce que je note, c'est que le film de Richard Berry sera reprogrammé sur la chaîne publique. La présomption d'innocence doit jouer."

La ministre de la Culture a précisé regarder le mouvement #MeToo "avec une grande satisfaction", et salué un mouvement "salutaire" face au "règne de la peur, de la contrainte et de l'intimidation".

"Une atteinte à la présomption d'innocence"

La directrice de la fiction à France Télévisions s'était expliquée mercredi dernier sur la déprogrammation de ce téléfilm avec Richard Berry. Elle disait avoir voulu "protéger" l'acteur et sa fille d'une polémique que sa diffusion aurait pu provoquer, et avait assuré que le téléfilm serait diffusé avant la fin de la saison.

L'avocat de Richard Berry, Hervé Temime, avait de son côté dénoncé cette décision mardi dernier dans C à vous sur France 5, y voyant une atteinte à la présomption d'innocence de son client.

Nawal Bonnefoy