BFMTV

Nagui favorable à la suppression de la redevance audiovisuelle

Nagui sur le plateau de "N'oubliez pas les paroles"

Nagui sur le plateau de "N'oubliez pas les paroles" - Gilles Gustine / FTV

L'animateur phare de France 2 annonce être contre cette taxe qui permet de financer le service public.

"Je suis contre la redevance." Interrogé ce dimanche par les lecteurs du Parisien, Nagui a indiqué qu'il était opposé à cette taxe qui permet de financer le service public, dont France Télévisions.

"De moins en moins de personnes ont le sentiment que c'est une taxe légitime", poursuit l'animateur vedette de France 2. "D'autant que la journée, il y a des pubs."

Pour combler l'absence de la redevance, le présentateur de N'oublier pas les paroles a une solution: "Je préférerais qu'il y ait moins de pubs et qu'elles soient achetées plus cher. Et que l'argent du service public vienne de l'impôt, comme pour la poste ou les hôpitaux. Est-ce qu'il y a une redevance pompier?"

Dans le collimateur de Gérald Darmanin

La redevance, qui profite également à Arte et Radio France, est dans le collimateur du ministre des Comptes publics Gérald Darmanin. Ce dernier a en effet proposé fin mars de supprimer cette contribution à l'audiovisuel public d'un montant de 139 euros par an. Une taxe qu'il qualifie "d'injuste".

Franck Riester, ministre de la Culture, a indiqué mi-avril sur BFMTV qu'il n'y aurait pas de suppression de cette taxe avant 2022: "La redevance est adossée à la taxe d'habitation qui sera supprimée en 2022, il faudra donc à cette échéance trouver un dispositif de substitution." Le président du CSA Roch-Olivier Maistre a de son côté défendu le maintien de la redevance.

Jérôme Lachasse