BFMTV

"Libération": le trio Bergé-Niel-Pigasse "sera là" si le journal est à vendre

L'homme d'affaire Matthieu Pigasse, le 21 novembre 2012

L'homme d'affaire Matthieu Pigasse, le 21 novembre 2012 - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Le trio Bergé-Niel-Pigasse, propriétaire du "Monde" et bientôt du "Nouvel Observateur", "sera là" si "Libération" est à vendre, a indiqué Matthieu Pigasse dimanche.

Le trio Bergé-Niel-Pigasse lorgne Libération. Le propriétaire du Monde et bientôt du Nouvel Observateur, "sera là" si Libération est à vendre, a déclaré Matthieu Pigasse dimanche sur Canal Plus.

Alors qu'une journaliste l'interrogeait avec insistance sur ce que ferait le trio si le journal était à vendre, Matthieu Pigasse a répondu "nous verrons", puis "nous serons probablement là. Nous serons là".

"Quand on investit dans la presse, quand on aime la presse, quand on aime l'écrit, quand on est de gauche, engagé, on ne peut pas rester indifférent au sort de Libération", a estimé le banquier d'affaires.

"Le partenariat le plus vaste possible"

"Nous suivons cette situation avec attention. Mais jusqu'à preuve du contraire, Libération a des actionnaires, ces actionnaires ont un projet. Nous n'intervenons pas", a-t-il poursuivi.

Dans un entretien au Journal du Dimanche, Matthieu Pigasse indique que Pierre Bergé, Xavier Niel et lui-même souhaitent que leur partenariat soit "le plus vaste possible".

"Nous ne sommes qu'au début de notre association. Notre souhait est d'investir dans les médias porteurs de sens et d'engagement. On ne s'interdit aucun secteur: presse, radio, internet et, pourquoi pas, l'édition", ajoute-t-il.

Interrogé sur un risque de concentration, il estime que "l'univers de la presse française quotidienne, hebdomadaire, mensuelle, nationale, régionale, de droite, de gauche est tel qu'(il ne voit) pas de menace sur le pluralisme".

L. B. avec AFP