BFMTV

Nicolas Demorand annonce qu'il quitte "Libération"

Nicolas Demorand, directeur de "Libération" depuis mars 2011, a annoncé sa démission le 13 février 2014.

Nicolas Demorand, directeur de "Libération" depuis mars 2011, a annoncé sa démission le 13 février 2014. - -

Directeur de "Libération" depuis mars 2011, Nicolas Demorand a annoncé sa démission jeudi dans les colonnes du "Monde".

Entre Nicolas Demorand et le journal Libération, la rupture est consommée. En quelques mots, le directeur du quotidien depuis 2011 a annoncé jeudi, dans les colonnes du Monde, sa démission. Une décision prise en pleine crise entre actionnaires et rédaction et alors que son autorité était de plus en plus contestée au sein du journal.

"Ma décision est d'abord dictée par la situation de ces derniers jours. Libération vit désormais une crise ouverte, je cristallise une partie des débats et j'estime qu'il est de ma responsabilité de patron de redonner des marges de manœuvre et de négociation aux différentes parties. J'espère que mon départ permettra aux uns et aux autres de retrouver la voie du dialogue", a-t-il invoqué.

Contesté depuis son arrivée ou presque aux manettes éditoriales du journal, Nicolas Demorand avait dû affronter deux motions de défiance, l'une adoptée à la quasi-unanimité des salariés de Libération en novembre dernier, et une autre en juin 2011.

"La presse écrite ne peut plus vivre seule"

Libération, en panne critique de trésorerie et aux ventes en chute libre, traverse depuis plusieurs jours une crise majeure. Le projet de l'un des actionnaires, Bruno Ledoux, de créer un réseau social et de transformer le siège parisien de Libé en espace culturel, dévoilé vendredi, a déclenché la colère et la rébellion de la rédaction.

Nicolas Demorand affirme au Monde que "les diversifications sont aujourd'hui nécessaires dans la presse écrite, qui ne peut plus vivre seule. Mais elles ne peuvent se faire qu'autour d'un journal et d'un site puissants. Les activités périphériques doivent être au service de la production de journalisme de qualité". "C'est dans ces conditions que j'avais évoqué l'idée d'ouvrir notre bâtiment au public, en y conservant sur place la rédaction", poursuit-il.

"L'amour ne suffit pas"

"Le divorce était consommé depuis longtemps", a réagi auprès de l'AFP Tonino Serafini, délégué Sud à Libération. "Quand il est arrivé, j'ai pensé qu'il viendrait avec un discours structuré, des pistes, des grandes lignes. Mais pas du tout. Il se contentait de dire pourquoi il aimait Libé. Quand on veut diriger une boîte l'amour ça ne suffit pas. Et pourtant j'avais voté pour lui", dit-il, en soulignant que son départ "ne règle que la crise de direction, pas la crise financière ni celle de l'actionnariat".

Déjà passé par Europe 1, France Culture, France Inter ou encore France 5, Nicolas Demorand, lui, va continuer "à faire de la télévision" et "travaille déjà sur d'autres projets", confie-t-il au Monde.fr.

S. C.