BFMTV

Les excuses de Plus belle la vie après un sondage sur une scène de viol

La scène entre Coralie et Mathieu dans "Plus belle la vie"

La scène entre Coralie et Mathieu dans "Plus belle la vie" - Capture d'écran France 3

A la suite d'un sondage "inapproprié et condamnable" proposé à ses téléspectateurs sur les réseaux sociaux après la diffusion d'un épisode de Plus belle la vie, la série de France 3 a tenu à présenter ses excuses.

Alors que la polémique a enflé en quelques heures seulement ce week-end sur les réseaux sociaux, les excuses n'ont pas tardé. Après la diffusion d'un épisode de Plus belle la vie, le compte officiel de la série proposait un sondage aux internautes pour recueillir leurs impressions sur une scène de viol diffusée dans la fiction de France 3. Un sondage malvenu et maladroit qui a provoqué la colère des téléspectateurs et contraint la série à faire ses excuses.

En effet, alors que les fidèles de Plus belle la vie assistaient à une scène de viol conjugal entre les personnages de Coralie et Mathieu, le compte officiel de Twitter a posé à ses abonnés cette question: "Sondage: qu'avez-vous pensé de la scène de viol conjugal diffusée hier soir?" Au choix: "J'ai été horrifié(e)", "Coralie l'a cherché" et "Ce n'est pas un viol".

Sondage "Plus belle la vie"
Sondage "Plus belle la vie" © Capture d'écran Twitter

"Une formulation inappropriée"

Rapidement, les commentaires des internautes ont pointé du doigt la nature particulièrement déplacée de ce sondage. Après avoir effacé le tweet en question, le compte Twitter de la série a présenté ses excuses. "Nous sommes désolés si nous avons heurté la sensibilité des followers avec un sondage à la formulation inappropriée. Le feuilleton donnera une réponse à travers l'intrigue mise en place avec des associations qui travaillent sur l'accompagnement de victimes de viols conjugaux." 

Dans un second message publié quelques minutes plus tard, Plus belle la vie a tenu à s'excuser à nouveau: "Nous réitérons nos excuses aux téléspectateurs et à France 3 pour ce sondage inapproprié et condamnable."