BFMTV

Le CSA s'interroge sur les "provocations" de Cyril Hanouna

Cyril Hanouna

Cyril Hanouna - Canal+

Olivier Schrameck, président du CSA, a assuré que l'émission de Cyril Hanouna risquait des "sanctions", voire même une "suspension" après ses débordements.

L'humour potache de la bande à Cyril Hanouna ne fait pas rire le CSA. Ce mercredi, le Conseil Supérieur de l'Audiovisuel examinera notamment une séquence de l'émission Touche pas à mon poste! qui avait choqué de nombreux téléspectateurs. On y voyait alors le chroniqueur Jean-Michel Maire embrasser une jeune femme sur la poitrine sans son autorisation. Cette "agression sexuelle" en direct pourrait valoir à l'émission des sanctions de la part de la haute autorité.

Sur Europe 1, Olivier Schrameck, président du CSA, a assuré ce mardi qu'une "mesure sera prise". "Il y a déjà eu une mise en demeure et deux mises en garde, trois affaires sont actuellement à l'examen du Conseil Supérieur de l'Audiovisuel. Compte tenu des avertissements qui ont été infligés précédemment, il y a effectivement un risque de sanction."

"Ca peut aller jusqu'à la suspension de l'émission", a révélé Olivier Schrameck. "Il y a des sanctions de nature financière également qui peuvent aller jusqu'à des amendes de 3% du chiffre d'affaires."

"Il est légitime d'intervenir"

Mais le CSA doit-il réellement se pencher sur des affaires qui relèvent parfois seulement de l'humour potache? A cette question, son président rétorque:"Je fais la part de l’humour, je fais la part du pastiche. Mais lorsqu'il y a des anomalies, des débordements qui transforment la distraction en avilissement, il est légitime d’intervenir".

Les mises en garde du CSA semblent toutefois peu impressionner certaines chaînes de télévision ou certains animateurs. Régulièrement dans le viseur du CSA, Cyril Hanouna ne semble pas avoir freiner ses petites provocations. S'amuserait-il alors à "chercher un peu" le CSA. "Le conseil en décidera demain, mais la question est clairement posée", conclut Olivier Schrameck.

Fabien Morin