BFMTV

"Je me suis suicidé moralement": "dégoûté" de lui-même, Yann Moix présente ses excuses chez "ONPC"

L'ancien chroniqueur a évoqué, pour la première fois à la télévision, la polémique dont il fait actuellement l'objet. "Dévasté" selon des spectateurs présents lors de l'enregistrement, il a présenté ses excuses.

Yann Moix a fait son mea culpa, vendredi soir, durant l'enregistrement d'On n'est pas couché. L'ancien chroniqueur de Laurent Ruquier, invité pour faire la promotion de son nouvel ouvrage Orléans, est revenu sur la polémique qui enfle depuis plusieurs jours: après avoir été accusé d'avoir menti sur son passé d'enfant maltraité, il se retrouve épinglé après l'exhumation de textes et dessins antisémites. Si son intervention ne sera diffusée que ce samedi soir, tard, des informations sur son passage ont déjà fuité.

"Mon cher Laurent, je me détesterais si je parlais de mon livre. La première chose, je demande pardon pour les dessins abjects, choquants que j'ai commis à 20 ans", a commencé Yann Moix, selon Le Parisien.

"Pardon pour à tous ceux que j'ai blessés"

"Le jeune homme que j'étais, je lui cracherais dessus aujourd'hui", a-t-il poursuivi avant de demander pardon à Bernard Henry-Lévy, cible de sa haine dans ledit magazine, et "à tous ceux que j'ai blessés du plus profond de mon être. Pardon pour ces bandes dessinées".

Toujours selon Le Parisien, Yann Moix, qui s'est décrit comme "un lâche" et "une ordure", a par la suite évoqué sa jeunesse, expliquant:

"Je n'avais pas les épaules assez larges pour me suicider physiquement alors je me suis suicidé moralement. J'ai un dégoût de moi-même, ce raté, cet être méprisé et méprisable. Je me vomissais".

Dévasté et sincère

Selon des spectateurs présents dans le public lors de l'enregistrement, et cités par Le Figaro, l'écrivain semblait "sincère", et "méconnaissable". "Il était ému, au bord des larmes même, beaucoup moins arrogant qu’avant, on ne l’a pas reconnu", a confié l'un d'eux, tandis que d'autres l'ont qualifié de "dévasté".

L'ex-chroniqueur a également parlé de son frère Alexandre, qui l'a récemment accusé dans une lettre ouverte d'avoir été son bourreau. Une réponse aux accusations de Yann Moix contre ses parents, qu'il accuse de maltraitance.

"J'ai décidé que je ne parlerai plus à mes parents, mais à mon frère, oui. Nous nous battions, mais je ne l'ai jamais battu. Il a été manipulé par des gens qui mériteraient d'être en prison. C'est une victime, lui aussi", a assuré Moix sur le plateau d'ONPC, d'après Le Parisien.

Nawal Bonnefoy