BFMTV

Tomer Sisley, Gad Elmaleh, Jamel Debbouze... Ces humoristes français accusés de plagiat

Tomer Sisley, Gad Elmaleh et Jamel Debbouze

Tomer Sisley, Gad Elmaleh et Jamel Debbouze - Loïc Venance - AFP - Abdelhak Senna - AFP - Kenzo Tribouillard - AFP

Plusieurs personnalités de la scène française du stand-up sont visés par un compte YouTube, qui met au jour les ressemblances entre certaines de leurs vannes et des sketches américains.

Les plus grands noms du stand-up français sont-ils salis? Une semaine après la publication de deux vidéos YouTube mettant en évidence les similitudes entre un spectacle de Tomer Sisley et les sketches d'humoristes américains, d'autres stars du milieu sont pointées du doigt. CopyComic Vidéos, le compte à l'origine des deux premières pastilles, en a publié deux autres sur le même modèle ce mardi. Cette fois, il montre de troublantes ressemblances entre des sketches US... et ceux de Gad Elmaleh, Jamel Debbouze, Arthur et Malik Bentalha. Entre autres.

Comme Jerry Seinfeld en 1986, Gad Elmaleh se moque des hôtesses de l'air en 2005. Comme Dave Chappelle en l'an 2000, Jamel Debbouze tourne son cambriolage en dérision en 2004. Comme Robin Williams en 2003, Arthur se gausse des filles à la langue percée en 2006. La gestuelle change d'une scène à l'autre, mais les blagues sont, globalement, les mêmes.

Le "droit de savoir"

L'administrateur de la chaîne CopyComic Videos, qui affirme travailler dans le milieu de théâtre dans 20 minutes, a témoigné anonymement pour le journal au lendemain de la publication des vidéos sur Tomer Sisley. Le qualifiant de "Houdini du plagiat", il avait laissé entendre que cette tendance présumée à la copie était connue du milieu. "J'en parlais souvent dans le privé avec mes amis", expliquait-il. Il a par ailleurs publié un questionnaire à remplir pour quiconque repérerait une ressemblance troublante entre deux sketches.

Le quotidien affirmait que d'autres vidéos, qui concernaient d'autres artistes, étaient en préparation. Les images sont désormais disponibles sur la Toile. La démarche semble évidente; en invitant les spectateurs à "commenter, partager, re-télécharger" et à réagir en utilisant les hashtags #CopyComic et #CopyComicMix en fin de vidéo, le mystérieux lanceur d'alerte du stand-up affiche sa volonté de faire retentir l'affaire. Interrogé par Quotidien ce mercredi, il estime que "le public qui paye (...) est en droit de savoir qui écrit les textes, si ce sont des copies ou pas."

Malaise en coulisses

Du côté des artistes concernés, c'est le calme plat. De Twitter à Facebook en passant par Instagram, Gad Elmaleh, Arthur et Jamel Debbouze ignorent le scandale. Seul Tomer Sisley s'est risqué, à deux reprises, à ironiser sur l'affaire. D'abord par le biais d'une vidéo postée sur le compte Instagram de sa compagne, dans laquelle cette dernière reprend le célèbre "Leave Britney alone!" de Chris Crocker, avant que l'humoriste ne lui rappelle que "ça a déjà été fait, ça aussi."

Ce jeudi, l'acteur de Largo Winch a enfoncé le clou en publiant une carte de visite fictive, sur laquelle il se présente comme un traducteur "en tous genres (de préférence de l'anglais vers le français)".

Tsunami sur le rire

Casteur au Jamel Comedy Club, Jean-Michel Joyeau évoque les retombées de ces quelques vidéos sur le monde de l'humour: "Ce week-end, lors du Festival du rire de Liège, en Belgique, tout le monde parlait de cette affaire", affirme-t-il dans les colonnes du Monde. Et si, pour beaucoup, les spectateurs avides de rire découvrent ces pratiques, les acteurs du milieu son beaucoup moins surpris.

Pour Antoinette Colin, directrice artistique du Point Virgule à Paris, ces images n'ont rien d'une révélation. "Dans le milieu, cela se savait", explique-t-elle au quotidien national. Celle qui assure déceler des similitudes lorsqu'elle chaperonne des castings semble cependant penser qu'à l'heure du Web, un vent de changement souffle sur le petit monde du stand-up: "Aujourd’hui, tout est sur Internet, il faudrait être idiot pour continuer à copier."

Benjamin Pierret