BFMTV

Royaume-Uni: des responsables politiques dénoncent le racisme des médias envers Meghan Markle

Meghan Markle le 11 juillet 2018

Meghan Markle le 11 juillet 2018 - AFP

Plusieurs responsables de la gauche britannique affichent leur soutien à la duchesse de Sussex face aux attaques d'une partie de la presse.

Au Royaume-Uni, plusieurs responsables du Parti travailliste prennent la parole pour soutenir Harry et Meghan face à la presse tabloïd. Alors que le couple princier vient d'annoncer qu'il renonce à ses titres royaux, après des années marquées par un rapport conflictuel avec les médias, ces personnalités politiques déplorent la pression exercée sur l'ancienne actrice, afro-américaine, par les journaux anglais. 

"Un jeune couple a été chassé du pays par le traitement intrusif et raciste que lui a réservé la presse de droite", estime notamment Rebecca Long-Bailey, candidate à l'élection de Chef du Parti travailliste et secrétaire d'État du cabinet fantôme, dans le Guardian. "Les femmes de couleur qui sont des personnalités publiques sont sujettes à l'intimidation, au harcèlement, au manque de respect et à la diffamation - et on leur demande d'être reconnaissantes de recevoir de l'attention."

"La combinaison toxique de sexisme et de racisme qui régit la presse de droite doit être arrêtée. Si je deviens Chef du Parti travailliste, je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour le combattre", conclut-elle. 

"La tranquillité d'esprit" au lieu du "racisme quotidien"

Le quotidien britannique rapporte également le tweet de Dawn Butler, secrétaire chargée de l'égalité entre hommes et femmes au Cabinet fantôme: "En tant que femme noire et fière, je ne suis pas surprise que Meghan ait choisi la tranquillité d'esprit plutôt que d'avoir à supporter le racisme quotidiennement."

Même son de cloche du côté de Jess Philipps, une autre candidate à la direction du Parti travailliste: "Elle a dès le départ été traitée comme une étrangère, pas assez britannique."

Des plaintes déposées par le prince Harry

Harry et Meghan ont annoncé leur décision de prendre leurs distances avec la famille royale au début de l'année. Les parents d'Archie, huit mois, souhaitent vivre entre le Royaume-Uni et l'Amérique du Nord et prendre leur indépendance financière.

Cette annonce intervient après qu'ils ont plusieurs fois pris la parole au sujet des pressions exercées sur leur couple par la presse tabloïd. En octobre dernier, le prince Harry a porté plainte contre le Mail on Sunday et le Sun, estimant son épouse victime de harcèlement. Des médias l'avaient notamment qualifiée de "duchesse capricieuse". Dès 2016, avant leur mariage, il dénonçait "le sexisme et le racisme des médias sociaux". 

Benjamin Pierret