BFMTV

Kate et William demandent au magazine Tatler de supprimer un portrait jugé mensonger

Kate et William en mars 2017

Kate et William en mars 2017 - Gonzalo Fuentes - Pool - AFP

L'article, intitulé "Catherine the Great" ("La Grande Catherine"), affirme notamment que Kate Middleton est "piégée et épuisée" par le travail depuis le départ du prince Harry et de son épouse Meghan Markle.

Kate Middleton et le prince William, bientôt engagés dans un nouveau procès contre un média? Le couple menace de poursuivre en justice le magazine britannique Tatler, après que celui-ci a publié un portrait au vitriol de la duchesse de Cambridge. L'héritier du trône britannique et son épouse demandent à ce que la version en ligne soit supprimée, rapporte le DailyMail.

"Nous pouvons confirmer que nous avons reçu la lettre des avocats qui représentent le duc et la duchesse de Cambridge, et nous pensons que cela n'est pas mérité", a de son côté indiqué Tatler dans un communiqué. 

L'article en question, publié la semaine dernière, s'intitule "Catherine the Great" ("La Grande Catherine", référence au surnom de Catherine II, impératrice de Russie au XVIIIe siècle). Il s'appuie sur des "sources royales" jamais nommées. Il affirme notamment que Kate Middleton est "hors d'elle" et "à bout", surmenée de travail, "piégée et épuisée", depuis le départ du prince Harry et de son épouse Meghan Markle. Y sont également pointés du doigt son poids, et sa silhouette "dangereusement maigre", l'auteure du papier glissant même une comparaison avec Lady Di, qui souffrait d'anorexie.

La mère et la soeur de la duchesse, Carole et Pippa, ont aussi droit à des descriptions peu flatteuses. La première est qualifiée de femme hautaine, la seconde dépeinte comme quelqu'un de "perdu", qui "en fait trop". 

"Une série d’inexactitudes et de fausses déclarations"

Peu après la parution de ce portrait peu bienveillant, un représentant du couple a publié un communiqué assurant que "cet article contient une série d’inexactitudes et de fausses déclarations qui n’ont pas été soumises à Kensington Palace avant la publication". Un fait rare, la famille royale préférant d'ordinaire la discrétion au scandale. 

Le magazine Tatler a aussitôt répliqué, assurant dans un communiqué que Richard Dennen, le rédacteur en chef, soutenait le reportage d’Anna Pasternak et ses sources. "Kensington Palace savait qu’on travaillait sur ce portrait depuis des mois, on leur a demandé de travailler ensemble dessus. Le fait qu’ils nient avoir jamais su est absolument faux", est-il indiqué. Pour l'heure, le portrait est toujours en ligne.

Nawal Bonnefoy