BFMTV

Lady Diana: une place bientôt rebaptisée à son nom à Paris

Lady Di à Londres en 1996

Lady Di à Londres en 1996 - Gerry Penny - AFP

La place où se trouve la flamme du pont de l'Alma, juste au-dessus du lieu de l'accident qui a coûté la vie à la princesse de Galles, devrait bientôt porter son nom.

Une place va être renommée "place Diana princesse de Galles" à Paris, en hommage à la princesse disparue dans un accident survenu dans le tunnel du pont de l'Alma à Paris, a annoncé mercredi la mairie de Paris.

"La place, inaugurée en juillet 1997, et initialement nommée Maria Callas n'avait pas eu le temps d'être inaugurée" lorsque l'accident mortel est survenu le 31 août 1997, a ajouté une source de la mairie auprès de l'AFP, confirmant une information du Monde.

"Au début des années 2000, l'avenue George Mandel (XVIe arrondissement), du numéro 2 au numéro 51, avait été renommée Maria Callas", a poursuivi la même source. Étant donné que la place au-dessus du pont de l'Alma "a été réappropriée par les Parisiens et les touristes" à Diana, qu'"une avenue" pour Maria Callas existait déjà et face à "une ferveur populaire", la mairie de Paris a décidé de renommer la place où se trouve la flamme du pont de l'Alma, a-t-on précisé. Cette décision sera votée au Conseil de Paris, qui se tient du 11 au 14 juin.

Accident mortel

Poursuivis par des paparazzis à leur sortie d'un chic restaurant parisien, la princesse Diana, 36 ans, et son compagnon l'Egyptien Dodi Al Fayed sont morts il y a 20 ans dans un terrible accident de voiture. Pendant une semaine, jusqu'à ses funérailles, le Royaume-Uni s'est plongé dans un deuil sans précédent, qui ébranle la monarchie.

L'influence de Diana sur la monarchie s'est poursuivie même au-delà de sa mort, laquelle avait sérieusement écorné l'image des Windsor. La reine Elizabeth II avait notamment été vilipendée pour son insensibilité supposée au décès de son ex-belle-fille. Contrainte de se moderniser, cette famille royale que la princesse de Galles disait honnir en est sortie renforcée. 

Benjamin Pierret avec AFP