BFMTV

Après Marseille, la nouvelle série française de Netflix s'annonce très hot

La première version d'Osmosis, diffusée sur Arte en 2017.

La première version d'Osmosis, diffusée sur Arte en 2017. - Arte

EXCLUSIF. Netflix diffusera début 2019 sa nouvelle série française, baptisée Osmosis. Une série qui parle d'amour et de sexe, avec de nombreuses scènes explicites à l'appui.

Osmosis: tel est le nom de la nouvelle série française de Netflix, après la très décriée Marseille, avec Gérard Depardieu. Tirée d'une web-série d'Arte, Osmosis est tournée depuis cet été. Elle sera livrée en janvier 2019, et vraisemblablement disponible sur la plateforme dans la foulée.

Mais nous avons obtenu de premières informations sur cette série d'anticipation à la Black Mirror. Dans un futur proche, une nouvelle application de rencontres, baptisée Osmosis, permet de trouver l'âme soeur à coup sûr. Mais, pour cela, il faut accepter de se faire implanter cette appli dans le cerveau.

Hugo Becker (vu notamment dans Au service de la France) et Agathe Bonitzer (Au bout du conte, La belle et la belle) interprètent les personnages principaux. Ils seront rejoints par quelques guest stars.

Les personnages principaux de la série sont Paul Vanhove (patron de NeoCure, la société qui développe l'application), sa soeur Esther Dolt (qui dirige les recherches de NeoCure), et leur mère Joséphine.

La mère comme le fils sont atteints de la maladie de Huntington, une maladie héréditaire qui entraîne une dégénérescence neurologique. Grâce à l'application, Paul trouve l'âme soeur en la personne de Joséphine, une danseuse de l'Opéra, mais celle-ci disparaît mystérieusement.

On croise aussi une militante anti-technologie, un ado accro au porno, une transsexuelle qui vient d'achever sa transition d'homme en femme, un couple gay qui veut se marier à l'église, et moult utilisateurs d'applis de rencontres. Bref, la série parle de sexe, mais en montre aussi pas mal à l'écran, avec de nombreuses scènes plutôt explicites.

"En France, la télévision cible les vieux"

Netflix semble donc clairement se permettre dans ses productions françaises des audaces qui passeraient plus difficilement dans son pays d'origine. Selon le mensuel Capital, le responsable des contenus internationaux de Netflix Erik Barmack, aurait annoncé la couleur:

"En France, la télévision cible les vieux. Nous, on va s'occuper des 15-35 ans".

Deux autres séries françaises sont déjà annoncées: Plan coeur (où une célibataire sort avec un escort boy) et Mortel (avec des adolescents liés par une force surnaturelle), toutes deux produites par Unrated. La première série française commandée par le site, Marseille, avait été produite par Federation Entertainment.

Osmosis est produit par Newen, filiale de TF1. Son origine remonte à 2012: le producteur Telfrance (filiale de Newen) avait alors lancé un concours de web séries intitulé "le meilleur cliffhanger du web". Ce concours avait été remporté par un teaser réalisé par trois frères, Gabriel, Louis et William Chiche, venus du vidéo-clip. Arte avait alors commandé une web série de 10 épisodes de 6 minutes, mise en ligne à l'été 2015. "Ensuite, Netflix est venu nous chercher, et a acheté d'emblée les droits pour le monde entier", expliquait en mars Fabrice Larue, alors président de Newen, qui chiffrait le budget "entre 500.000 et un million d'euros par épisode" (sachant que Netflix a commandé huit épisodes d'une heure).

Newen a recruté pour le scénario Audrey Fouché. La scénariste des Revenants et des Borgia a pas mal modifié l'histoire d'origine, qui reposait sur deux frères, et non un frère et une soeur. Le cinéaste Thomas Vincent (Borgia, Versailles) a réalisé les deux premiers épisodes.

Jamal Henni