BFMTV

Qui est Jameela Jamil, actrice et justicière féministe

Jameela Jamil dans "The Good Place"

Jameela Jamil dans "The Good Place" - Colleen Hayes/NBC

Connue pour son rôle dans la série The Good Place, l'actrice britannique traque les stars qui vantent les mérites de produits amincissants, et dénonce la misogynie. Alternant entre colère et humour.

À l'écran, elle est la très mondaine, très polie et très agaçante Tahani Al-Jamil de la série The Good Place. Sur le Web, elle s'impose comme une redoutable redresseuse de torts. Jameela Jamil, actrice britannique de 33 ans, féministe consciente et documentée, s'attaque directement aux célébrités les plus influentes des réseaux sociaux. Et sert parfois à ses 720.000 abonnés des blagues salées, qui tranchent avec son physique propret.

Son cheval de bataille: les fameux thés détoxifiants et autres boissons coupe-faim. Celle qui a démarré sa carrière comme présentatrice télé au Royaume-Uni s'est lancée dans une guerre sans merci contre ces produits loués par de nombreuses vedettes des réseaux sociaux pour leurs vertus amincissantes... et remis en cause par des experts.

Khloe Kardashian au tapis

Les soeurs Kardashian-Jenner promeuvent régulièrement ces boissons et leurs effets sur leur corps. Jeudi, c'est Khloe Kardashian qui a fait les frais de la colère de Jameela après une énième publicité sur Instagram:

"Admets que tu as un coach personnel, un nutritionniste, probablement un chef et un chirurgien pour parfaire ton physique", a publié Jameela Jamil en commentaire. "Dis-leur les effets secondaires de ce produit, qui n'est pas approuvé par l'agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux, que la plupart des docteurs considèrent comme malsain."

"C'est terrible que cette industrie t'ait harcelée au point de te rendre aussi obnubilée par ton apparence", poursuit-elle. "Ne renvoie pas cela au monde en faisant souffrir d'autres filles comme tu as souffert". Depuis, les commentaires d'anonymes soutenant Jameela Jamil affluent sous la photo. 

Cette fois, l'actrice a décidé de jouer la carte de la pédagogie. Une approche dont elle ne s'embarrasse pas toujours. En novembre dernier, elle faisait d'une pierre quatre coups en s'en prenant aux rappeuses Iggy Azalea et Cardi B, au mannequin Amber Rose et encore à Khloe Kardashian et à leurs publicités pour ces boissons. En des termes moins choisis: "Donnez nous les codes promos de vos nutritionnistes, de vos chefs cuisiniers, de vos coach et de vos chirurgiens esthétiques, bande de sales menteuses."

L'actrice a même lancé une pétition adressée à Facebook, Instagram, Twitter et Snapchat pour leur demander de bannir ce genre de publicités. Et parce qu'elle n'a pas peur de se salir, elle l'a illustrée avec une photo d'elle-même aux toilettes, le maquillage coulant et la mine contrite. 

"J'étais l'adolescente qui s'affamait"

Un tel franc-parler venu d'une actrice d'une série à succès, forcément, c'est rafraîchissant. D'abord parce malgré la minceur de son CV, elle n'hésite pas à s'en prendre à des célébrités influentes, de la trempe des Kardashian. Et puis elle sait de quoi elle parle: Jameela Jamil a elle-même souffert de troubles alimentaires dans sa jeunesse:

"J'étais l'adolescente qui s'affamait pendant des années, qui dépensait tout son argent dans ces cures miracle et ces laxatifs et ces astuces de célébrités (...) j'étais malade, et j'ai eu des problèmes de digestion et de métabolisme toute ma vie", a-t-elle déclaré sur Twitter. "Je n'arrêterai pas de m'en prendre aux gens, hommes et femmes, qui perpétuent cette culture dégoûtante."

Cette obsession de jeunesse et de sveltesse, elle l'attribue aux représentations féminines dont elle était "bombardée", comme elle l'a confié en interview à Channel 4

"Il n'y avait jamais de femmes célébrées pour leur intellect. La presse ne leur accordait aucune attention. Je ne lisais rien au sujet de merveilleuses astronautes, de scientifiques ou de grandes musiciennes. Je ne voyais que des pop stars ultra-sexualisées et très, très maigres à la télé. Ou des actrices squelettiques dont le poids était obsessivement ramené au centre de la conversation."

Karl Lagerfeled, un "misogyne grossophobe sans pitié"

Ainsi, elle n'hésite pas à s'en prendre à Karl Lagerfeld lui-même, au moment où le monde entier publiait des messages élogieux quelques heures après la mort du créateur de mode. L'actrice avait partagé un article qualifiant le directeur artistique de Chanel de "misogyne", et déclarait:

"Je suis contente que quelqu'un l'ait dit. Même si c'est un peu tôt. Un misogyne grossophobe sans pitié ne devrait pas être qualifié de saint parti trop tôt partout sur Internet. Talentueux c'est sûr, mais pas la meilleure des personnes."

Jameela Jamli ne s'en tient aux pressions imposées aux silhouettes féminines. Genre, couleur, l'actrice s'exprime sur toutes les discriminations. En guerre contre l'utilisation de Photoshop elle critique ainsi ceux qui tentent d'éclaircir sa peau: "Des gens m'ont rendue blanche, sur tant de magazines et de campagnes pour lesquelles j'ai fait des photos. Cela me fait mal, d'un point de vue culturel", a déclaré l'actrice née d'un père indien et d'une mère pakistanaise à Channel 4.

Il y a quelques jours, elle a publié une interview du chanteur Sam Smith dans le cadre de "I Weigh", un "mouvement" qu'elle a créé pour encourager l'estime de soi. C'est ce micro que le chanteur a choisi pour évoquer ses incertitudes passées quant à son genre et faire son coming-out non-binaire

Et aussi, les critiques

Toutes ces prises de positions ne lui attirent pas que des louanges. Ainsi, lorsqu'elle s'est associée à la marque Aerie pour une campagne de pub "inclusive", beaucoup ont noté l'absence de femmes en surpoids sur les photos. Une internaute s'est étonnée de ne pas voir de photos de femmes à la peau très foncée sur le compte Instagram de I Weigh. Une accusation que l'actrice a démentie: "Tous les gens qui envoient leurs photos sont publiés (sur la page)." D'autres, enfin, soulignent qu'il est plus facile d'appeler à l'acceptation de soi lorsqu'on ressemble à un top-model:

"Je sais que son truc c'est de ch*er sur les influenceurs et les Kardashian mais publier une photo de soit canon et maquillée avec une légende censée nous valoriser, c'est extrêmement Kardasho-Jenner", ironisait une internaute en 2018. 

Derrière toutes ces revendications, ces virulentes attaques et ces prises de parole engagées, Jameela Jamil sait aussi rigoler. Et elle le montre, avec des sorties humoristiques aussi dénuées de retenue. "J'adore quand les gens utilisent des citations inspirantes pour accompagner leurs belles photos. Voici la mienne", écrivait-elle sur Twitter en 2018:

"Tout peut servir de godemiché lorsqu'on est assez courageuse."
Benjamin Pierret