BFMTV

Prince: l'ouverture du musée dédié à l'artiste dans son ancien studio reportée

Le chanteur Prince en concert à Las Vegas

Le chanteur Prince en concert à Las Vegas - Christopher Polk - Getty Images North America - AFP

Le conseil municipal de la ville de Chanhassen, dans le Minnesota, a demandé plus de temps pour étudier le projet qui consiste à transformer la propriété de la pop star en musée.

Des mélomanes attendaient avec impatience l'ouverture cette semaine d'un musée dédié à Prince dans sa propriété du Minnesota, aux Etats-Unis, mais ses fans devront encore patienter en raison d'une décision du conseil municipal de la ville où résidait Prince, réclamant plus de temps pour débattre du projet.

L'icône de la pop s'était installée en 1987 dans ce complexe de Paisley Park à Chanhassen, une banlieue de Minneapolis, et c'est là qu'il est mort le 21 avril dernier d'une overdose d'analgésiques.

Le projet d'ouvrir au public ce complexe mythique de 5.000 m2, abritant notamment un studio d'enregistrement, devait se concrétiser jeudi, une semaine avant un grand concert en hommage à l'auteur de Purple Rain également dans le Minnesota, son Etat natal dans le nord des Etats-Unis.

Un problème de circulation et de parking

Le conseil municipal de Chanhassen a toutefois jugé lors d'un vote mardi qu'il fallait plus de temps pour débattre du projet. Des habitants ont notamment souligné lors d'une réunion de plus de trois heures, que la venue chaque année de quelque 600.000 fans dans cette commune de 24.000 âmes pourrait poser des problèmes de circulation et de parking.

Des membres du conseil municipal ont réclamé à Bremer Trust, qui administre le patrimoine du défunt chanteur à la demande de ses frères et soeurs, de fournir un plan plus détaillé sur la façon d'anticiper l'impact de ce nouveau tourisme.

Le report de l'ouverture du complexe, que très peu de personnes ont visité du vivant de l'artiste, risque de décevoir de nombreux fans qui avaient déjà pu acheter leurs billets en ligne pour visiter le musée.

Romain Iriarte avec AFP