BFMTV

Pièces Jaunes: le message d'amitié de Brigitte Macron à Bernadette Chirac

Brigitte Macron, le 14 juillet 2017.

Brigitte Macron, le 14 juillet 2017. - Christophe Archambault - AFP

L'épouse du chef de l'État a donné le coup d'envoi de la nouvelle collecte, succédant dans l'exercice à Bernadette Chirac.

Brigitte Macron a pris mercredi à Orléans le relais de Bernadette Chirac pour lancer la 31e collecte des Pièces jaunes, insistant toutefois sur sa volonté de "rester à distance prophylactique de la politique". 

En compagnie de Didier Deschamps, le sélectionneur des Bleus, parrain de l'opération, l'épouse du chef de l'État a donné le coup d'envoi de cette nouvelle collecte, succédant dans l'exercice à Bernadette Chirac, indissociable de cette initiative pendant un quart de siècle, mais démissionnaire pour raisons de santé. La Première dame a profité de cette occasion pour saluer le travail de Bernadette Chirac:

"Merci pour tout ce qu’elle a fait. Quand on va dans les hôpitaux, on voit les maisons des parents, on voit la place que, grâce à elle, les familles ont pu prendre dans les hôpitaux. Merci madame, vous avez toute mon admiration", a-t-elle déclaré, avant d'ajouter: "Je vais essayer de faire comme vous, de donner et de relever encore de nouveaux défis."

"On a besoin de vous"

Après avoir visité le service de pédiatrie du Centre hospitalier régional, en compagnie du sélectionneur des champions du monde 2018, signant au passage ballons et maillots, Brigitte Macron a pris la parole devant plusieurs d'enfants et des membres du personnel de l'hôpital. "On a besoin de vous", a-t-elle lancé à la foule, expliquant vouloir "aider les aidants, en leur offrant 30 jours de répit par an".

Interrogée plus tard par les journalistes sur cette apparition publique, Brigitte Macron a expliqué "ne pas avoir l'habitude" de ce genre de rendez-vous. "Ce n'est pas évident. Je le fais pour la fondation", a-t-elle insisté. "Je voudrais mobiliser le maximum de personnes pour qu'elles donnent pour l'hôpital."

dossier :

Emmanuel Macron

J.L. avec AFP