BFMTV

Mystère et polémique autour d'une robe de Dalida vendue aux enchères

La robe Balmain mise aux enchères / Dalida en concert à l'Olympia à Paris le 18 mars 1981

La robe Balmain mise aux enchères / Dalida en concert à l'Olympia à Paris le 18 mars 1981 - Drouot - Dominique Faget/AFP

Cette pièce unique, présentée par la maison d'enchères Drouot comme étant une Balmain, est estimée entre 3000 et 5000 euros. Mais le frère de la star, Orlando, s'interroge sur la provenance de la robe.

C'est une robe "unique", en velours dévoré et Lurex noir et or. Estimée entre 3000 et 5000 euros, la maison d'enchères Drouot explique qu'elle a été portée par Dalida, notamment lors d'un concert à Montréal, où elle avait interprété son tube Mourir sur scène. Une pièce d'exception, qu'il sera possible d'acquérir le 5 juin prochain, lors d'une vente organisée à Paris. Mais il y a un hic: le frère de la défunte star, Orlando, qui gère le patrimoine de sa soeur, se questionne sur la provenance de ladite robe.

"Quand j'ai fait don de la garde-robe de ma sœur à la ville de Paris, il y a trois ans, pour l'exposition au musée Galliera, cette robe avait justement disparu de sa maison de Montmartre", a-t-il assuré, agacé, dans Le Parisien. "Je l'ai cherchée partout. Et là, comme par miracle, elle ressort! Elle ne s'est pourtant pas évaporée avec le Saint-Esprit."

Balmain ou Dior?

Orlando, qui se demande "dans quelles mains est-elle tombée?", précise espérer que Drouot, "qui est une maison sérieuse, a pris toutes les précautions et s'est assurée que la robe appartient vraiment au vendeur".

Le vendeur en question, dont l'anonymat est garanti, serait une vendeuse, une "vieille dame, d'environ 75 ans, passionnée par la haute couture et le marché de l'art", qui aurait acheté la robe "à une vente caritative dans les années 1980", a de son côté assuré à nos confrères Thierry Grassat, l'expert de la vente.

Thierry Savona, spécialiste et fan Dalida, ainsi que chargé de communication pour la production Orlando, a quant à lui confié au quotidien qu'il n'était pas certain que la pièce, accompagnée d'un boa en plumes d'autruches, soit signée Balmain, comme l'avance Drouot.

"Il me semble que c'est une robe Dior", a-t-il lâché. "Je n'ai pas pu avoir une réponse du conservateur, à cause du confinement", a répliqué à ce sujet Thierry Grassat. 
Nawal Bonnefoy