BFMTV

Les secrets des tubes: "Le Soleil donne", de Laurent Voulzy

Chaque week-end de l'été, Philippe Dufreigne vous raconte les secrets de fabrication et l’histoire méconnue des tubes que vous connaissez tous. Aujourd'hui, Le Soleil donne de Laurent Voulzy.

1988, dans un avion. Laurent Voulzy essaie son dernier gadget, un petit clavier sur lequel il pianote quelques accords. Il les rejoue à la guitare une fois à Paris. Et fredonne ce qui lui passe par la tête.

"In the sun down... Ça ne veut rien dire, rigole Laurent Voulzy, 'In the sun down', ce n'est même pas anglais, alors [ça a donné] le soleil donne".

Le message: faire accepter les différences. Alain Souchon est bien sûr derrière ce texte. Il connaît les blessures de Laurent Voulzy, confronté au racisme dans son enfance.

"J'ai senti par moments, la dureté dans certains regards. À Nogent, on était deux colorés dans l'école", se souvient-il. J'habitais un immeuble, il y avait un monsieur pas gentil du tout. Quand je descendais les poubelles, il disait 'tiens, les nègres descendent leurs poubelles'".

"Ça me touche"

Le premier couplet et le refrain sont couchés sur le papier. Mais au lieu de poursuivre l’écriture du titre, Laurent Voulzy va suggérer à Alain Souchon de s’arrêter là. Il a une idée un peu particulière pour cette chanson.

"Je lui ai dit 'tes paroles je les trouve très belles, pourquoi ne pas les chanter dans plusieurs langues?' Il m'a dit 'd'accord'."

La chanson ne tarde pas à devenir un tube, et un titre incontournable lors des concerts de Voulzy.

"Dès que j'attaque la trompette, tout le monde chante pam pam pam padam pam pam. Ca me touche". "[Cette chanson] elle est éternelle. Parce que la haine des gens et l'amour des gens, c'est quelque chose qui est éternel, avec par moment des résurgences très fortes selon les époques, et puis à un moment il y a des accalmies".

Un message toujours d’actualité, et une chanson bien présente, dans la tournée des églises du chanteur, qui reprendra début septembre en France.

Philippe Dufreigne