BFMTV

États-Unis: l'industrie de la musique à l'arrêt ce mardi contre les violences policières

Les locaux berlinois de Universal Music (photo d'illustration)

Les locaux berlinois de Universal Music (photo d'illustration) - John Macdougall - AFP

Les grandes maisons de disques annoncent se mettre à l'arrêt ce mardi en réponse aux violences policières qui sévissent aux États-Unis. Les deux cadres à l'origine de cette initiative annoncent la mise en place d'un "plan d'action".

Les principales maisons de disques vont suspendre leur activité mardi pour manifester leur soutien contre les violences policières visant les Afro-Américains aux États-Unis, une initiative à laquelle se sont associés plusieurs artistes.

Sony Music, Warner Music Group et Universal Music vont ainsi participer au "Black Out Tuesday" (le mardi débranché), "une journée pour observer, prendre contact et s'organiser", selon un message publié lundi par Universal Music.

Toutes les maisons filiales de ces trois géants de l'industrie musicale mais aussi de très nombreux labels indépendants ont fait savoir qu'ils y participeraient également. Sony Music annonce "une journée d'action consacrée à des changements significatifs dans notre société, dès maintenant et dans l'avenir".

"Le spectacle doit faire une pause"

L'initiative, qui utilise le hashtag #TheShowMustBePaused ("Le spectacle doit faire une pause", détournement de l'expression "The Show Must Go On") a été lancée par deux cadres de l'industrie musicale, dont Jamila Thomas, d'Atlantic Records, filiale de Warner Music Group. Elle fait écho à la mort de George Floyd aux mains de la police, à Minneapolis, et au mouvement de protestation qui ébranle les États-Unis depuis une semaine.

Plusieurs artistes s'engagent

Les deux femmes présentent cette initiative comme un appel à l'industrie musicale, "qui a tiré profit de façon prédominante de l'art noir", à protéger et mettre en valeur la communauté noire.

Plusieurs artistes, dont les Rolling Stones, David Guetta, Massive Attack et Quincy Jones ont annoncé qu'ils s'y associaient.

"C'est difficile de trouver les mots, parce que j'ai fait face au racisme toute ma vie", a tweeté le producteur et musicien Quincy Jones. "Cela dit, il refait surface et, bon sang, il est temps de s'y attaquer une bonne fois pour toutes."

"Un plan d'action" en préparation

De nombreux producteurs de podcasts, musicaux ou non, ont également indiqué qu'ils suspendraient leurs programmes mardi.

"Ce n'est pas une initiative de 24 heures", ont annoncé les deux femmes à l'origine du mouvement sur leur site dédié. "Nous allons mener ce combat à long terme. Un plan d'action sera annoncé."

Depuis le début des manifestations qui ont suivi la mort de George Floyd, plusieurs artistes ont publiquement pris position contre les violences policières visant les Noirs aux États-Unis, notamment Beyoncé ou Rihanna.

B.P., avec AFP