BFMTV

Jean-Louis Aubert de retour avec "Mon Refuge" après une opération du coeur

Après une année marquée par des problèmes de santé, Jean-Louis Aubert est rétabli et amorce son retour avec une réédition de son dernier opus.

"Je reviens au monde": c'est avec ces mots que Jean-Louis Aubert s'est adressé à ses fans, vendredi soir, lors d'un direct sur Facebook. Après une année difficile marquée par des problèmes de santé, l'ancien membre du groupe Téléphone renoue avec la musique et son public.

C'est pendant une simple consultation médicale en lien avec le coronavirus qu'on a détecté à Jean-Louis Aubert une malformation du coeur, qui aurait pu lui être fatale. Le chanteur a finalement été opéré.

"Vous pouvez tomber à n'importe quel moment, comme Joe Strummer ou Elvis Presley", explique-t-il à BFMTV. "Donc une fois que je le savais, eh bien (...) je ne pouvais pas vivre avec cette épée de Damoclès (...) Peut-être qu'on m'a sauvé la vie. Sûrement. J'y suis allé la fleur au fusil en me disant "allez, ça va"... et c'était plus intrusif que je croyais. Ça me fait plaisir de vous voir, mais grave!", conclut-il dans un rire.

Au coeur de l'été, il avait partagé un message rassurant sur les réseaux sociaux: "J’aurais pu continuer à ignorer cette petite anomalie génétique et me retrouver un genou à terre ou pire. Je récupère à une vitesse hallucinante (parait-il) et j’ai un très bon moral (accompagné par vos tendres pensées)", avait-il déclaré.

"Un souvenir de cette période"

Mon Refuge, qui marque ce retour, est agrémenté de onze titres, anciens comme nouveaux, dont neuf captés au Bataclan au début de sa tournée. Celle-ci a été interrompue à cause du coronavirus. Parmi les trois chansons inédites de cette réédition, on trouve Va où ton coeur te dit:

"La dame qui m'a endormi était violoniste. On a choisi une chanson de Schubert. Elle m'a apporté un petit bafle et elle me l'a posé sur la poitrine. J'ai entendu quelques notes et je suis parti dans les limbes. Quand je me suis réveillé, j'avais l'impression d'avoir entendu cette chanson pendant mon sommeil. Est-ce que ça a rapport aux notes de Schubert? Je n'en sais rien. Je me suis dit qu'elle serait un souvenir de cette période."
Philippe Dufreigne et Lorène de Susbielle, avec Benjamin Pierret