BFMTV

Eurovision 2017: Kiev reste ferme dans son refus d'accueillir la chanteuse russe

Ioulia Samoïlova à Moscou, le 2 avril  2017

Ioulia Samoïlova à Moscou, le 2 avril 2017 - Vasily Maximov - AFP

Les chances de participation de la chanteuse Ioulia Samoïlova à l'Eurovison s'amenuisent de jour en jour.

Le président ukrainien Petro Porochenko a défendu ce mardi 4 avril la décision d'interdire à la jeune chanteuse handicapée russe Ioulia Samoïlova de participer au concours de l'Eurovision organisé le 13 mai à Kiev, mettant en avant une décision conforme à la loi.

S'exprimant à Riga, celui-ci a expliqué que la chanteuse était interdite d'entrée sur le territoire pour trois ans en raison d'un concert donné en juin 2015 en Crimée, un an après l'annexion de cette péninsule ukrainienne par la Russie.

La Russie et l'Ukraine sont à couteaux tirés depuis cette annexion, suivie par un conflit armé dans l'est de l'Ukraine entre forces de Kiev et séparatistes prorusses, qui a fait plus de 10.000 morts.

La "provocation" de la Russie

"L'Ukraine permet de visiter la Crimée uniquement aux gens avec des permis spéciaux. Sinon, c'est contraire à la législation ukrainienne. C'est bien connu du côté russe", a déclaré Petro Porochenko à la presse.

L'Eurovision, qui insiste sur la participation de la chanteuse russe, a menacé d'exclure l'Ukraine de futures compétitions si Kiev persistait à interdire la présence de la jeune femme. "Nous avons offert plusieurs moyens pour résoudre cette question, en commençant par une participation via satellite, ou l'envoi d'un autre participant", a poursuivi le président ukrainien. 

La chaîne de télévision russe Pervyi Kanal a refusé en mars une transmission par satellite, estimant que cela irait "à l'encontre de l'essence même de l'évènement". "La Russie ne voulait pas participer à l'Eurovision mais voulait une provocation. Je suis content que grâce aux actions du gouvernement ukrainien, cette provocation n'aura pas lieu", a lancé le président Petro Porochenko.
F.M. avec AFP