BFMTV

Kiev dénonce l'appel "inacceptable" de l'Eurovision à admettre la chanteuse russe

Ioulia Samoïlova doit représenter la Russie à l'Eurovision 2017 qui se tiendra à Kiev.

Ioulia Samoïlova doit représenter la Russie à l'Eurovision 2017 qui se tiendra à Kiev. - HO - Channel One - TV- AFP

Les autorités ukrainiennes ont fermement répliqué aux organisateurs de l'Eurovision qui leur demandaient de faire marche arrière sur l'interdiction de territoire de la candidate russe.

Tension maximale. Les autorités ukrainiennes ont dénoncé samedi l'appel de l'Eurovision à laisser entrer la candidate russe sur le territoire de l'Ukraine, pays organisateur de l'édition 2017 du concours de chanson.

"C'est inacceptable et sans précédent de demander à l'Ukraine de prendre une telle décision extraordinaire pour faire plaisir à la Russie", a déclaré un vice-Premier ministre ukrainien, Viatcheslav Kyrylenko, dans un communiqué diffusé samedi par son service de presse.

Menaces d'exclusion

L'Eurovision a menacé d'exclure l'Ukraine de futures compétitions si elle persistait à ne pas laisser entrer la candidate russe sur son territoire pour l'édition 2017 du concours dont la finale est prévue le 13 mai, selon une lettre dévoilée vendredi par des médias européens.

Dans sa lettre datée du 23 mars, adressée au Premier ministre ukrainien Volodymyr Groïsman et dévoilée vendredi sur les sites internet de la Deutsche Welle et du média ukrainien Kiev Vlast, la secrétaire générale de l'Union européenne de radiotélévision (Eurovision ou UER), Ingrid Deltenre, demande à Volodymy Groïsman "d'intervenir et de (s')assurer que l'artiste russe pourra entrer en Ukraine en mai et participer" au concours.

Les services secrets ukrainiens (SBU) ont interdit le 22 mars pour trois ans à la candidate russe Ioulia Samoïlova d'accéder au territoire ukrainien, lui reprochant d'avoir donné un concert en Crimée en juin 2015, un peu plus d'un an après l'annexion de cette péninsule ukrainienne par la Russie.

"La Russie peut participer, mais..."

L'Eurovision a tenté de dénouer le problème en proposant à la chaîne de télévision russe Pervyi Kanal de faire participer sa candidate via satellite, proposition que la chaine a rejetée.

"Je pense que la France, l'Allemagne, la Grande-Bretagne et la Pologne auraient pris la même décision, tout comme n'importe quel autre pays de l'UER", a affirmé Viatcheslav Kyrylenko. "La Russie peut participer à l'Eurovision-2017 à Kiev, mais si elle propose un candidat qui n'a pas violé la loi ukrainienne", a-t-il ajouté.

F.M. avec AFP