BFMTV

Mort de David Hamilton: Flavie Flament "condamnée au silence"

Flavie Flament, le 29 août 2007

Flavie Flament, le 29 août 2007 - Jacques Demarthon - AFP

L'animatrice s'est dite "dévastée" après la mort, vendredi soir, du photographe britannique qu'elle accusait de viol. Elle espérait un procès, qui n'aura jamais lieu.

Flavie Flament, qui a accusé le photographe David Hamilton de viol, est "dévastée" par la nouvelle de sa mort mais ajoute, dans une déclaration, que "l'horreur de cette annonce ne saura jamais effacer celle de nos nuits blanches".

L'animatrice réitère ses accusations de viol contre le photographe lorsqu'elle avait 13 ans et rappelle celles d'autres jeunes filles qui se sont "manifestées avec courage et émotion ces dernières semaines".

"Par sa lâcheté, il nous condamne à nouveau au silence"

Le photographe de 83 ans, retrouvé mort vendredi soir à son domicile parisien, avait ces derniers jours clamé son innocence et annoncé son intention de porter plainte pour diffamation.

"C'est à elles que je pense. A cette injustice que nous étions en train de combattre ensemble. Par sa lâcheté, il nous condamne à nouveau au silence et à l'incapacité de le voir condamné", déclare-t-elle dans un message. "L'horreur de cette annonce ne saura jamais effacer celle de nos nuits blanches", conclut-elle.

L'éditrice de l'animatrice, Karina Hocine, avait déclaré dès vendredi soir que Flavie Flament était "dévastée bien entendu".

"On nous a dit que c'était un suicide. Bien entendu nous sommes partagées entre l'horreur de la situation en tant qu'humain et en même temps, il y a un sentiment d'immense révolte car il n'aura pas laissé le temps à la justice de faire son oeuvre", avait déclaré Karina Hocine, éditrice chez Lattès du livre de Flavie Flament La consolation.

D'autres témoignages de femmes dans la presse

L'animatrice a affirmé dans ce livre avoir été violée il y a près de 30 ans, par un photographe connu, dont elle ne dévoilait pas le nom. Après la parution de son livre, d'autres femmes ont témoigné dans la presse, sous pseudonyme, et affirmé avoir subi le même sort pendant leur adolescence.

Il y a une semaine, dans L'Obs, l'animatrice de RTL a fini par accuser nommément David Hamilton comme son agresseur présumé. "L'homme qui m'a violée lorsque j'avais 13 ans est bien David Hamilton", a-t-elle affirmé dans un entretien filmé.

Romain Iriarte avec AFP