BFMTV

Donatella Versace raconte les ravages de son addiction à la cocaïne pendant 18 ans

Donatella Versace à Londres en 2017

Donatella Versace à Londres en 2017 - Daniel Leal-Olivas - AFP

Dans un long entretien, la directrice créative de Versace est revenue sur sa dépendance à la drogue qui a suivi l'assassinat de son frère, Gianni Versace.

Un traumatisme et une douleur qu'elle a tenté de masquer pendant des années. Dans une interview accordée à Ssense, Donatella Versace a accepté de revenir sur l'assassinat de son frère, Gianni, et les années qui ont suivi lorsqu'elle fut nommée directrice créative de l'entreprise. Celle qui assure avoir fait "erreur après erreur" après la mort de son frère s'est confiée sur sa longue dépendance à la cocaïne durant 18 ans.

Donatella Versace revient d'abord sur sa volonté d'avoir voulu se construire une image à travers son apparence. "J’étais le nouveau visage de Versace, explique-t-elle. Qui veut porter la marque d’un créateur faible, instable, qui perd la tête à cause de la drogue et qui donc se méprise? Personne! J’ai donc créé une Donatella froide, distante, agressive, effrayante."

L'aide d'Elton John

Face à changement, certains de ses amis, dont Elton John, ont tenté de lui venir en aide. Le chanteur britannique lui a même mis un jet privé à disposition pour l'amener, si elle le souhaitait, au centre de désintoxication Meadows en Arizona. "Je travaillais du matin au soir, je ne me posais pas cette question, confie Donatella Versace en se remémorant cette période-là.

"Durant les quelques moments où j’étais seule avec ma dépendance, je réalisais que j’étais très, très malade – mais déjà un autre rendez-vous m’attendait. Certains soirs, je n’arrivais plus à fonctionner et je m’humiliais devant mes enfants. La haine que j’éprouvais pour ma personne s’intensifiait."

Finalement, la directrice créative de Versace a accepté la proposition d'Elton John. "Personne ne croyait que j’allais accepter l’offre d’Elton, mais quelques minutes plus tard j’enlevais ma robe de soirée et mes diamants pour enfiler un ensemble de jogging. Je me suis rendue à l’aéroport sans maquillage, avec une queue de cheval", se souvient-elle. Et d'ajouter: "Au début, j’étais sous le choc. Puis j’ai commencé à me poser toutes sortes de questions. Je n’avais aucune idée de ce qui se passait dans un centre de désintox, et je n’étais pas certaine de savoir où se trouvait l’Arizona, non plus."

Cinq semaines dans un centre de désintoxication

Donatella Versace a passé cinq semaines dans ce centre de désintoxication. De ce séjour, elle retient notamment la "discipline stricte" et que "la dépendance a les mêmes effets sur tout le monde."

"Ce qui était pire que l’état de manque était le choc de la réalité quand je suis sortie, reconnaît-elle. La drogue m’avait empêchée de voir à quel point il y avait des éléments négatifs qui entouraient l’entreprise."

Aujourd'hui, la soeur de Gianni Versace ne touche plus ni à la drogue, ni à la cigarette. Elle avoue avoir arrêté de fumer grâce à sa fille "qui peut terrifier n'importe qui". Et d'expliquer: "Il y a huit ans, elle m’a dit: 'Si tu veux me revoir, tu arrêtes de fumer aujourd’hui, et pour toujours! '. Je n’ai jamais retouché à une cigarette depuis ce jour."

F.M.