BFMTV

Marianne James raconte le jour où Fabrice Luchini l'a rembarrée: "Les hommes n'aiment pas être repris"

Marianne James au Festival de Cannes en mai 2010

Marianne James au Festival de Cannes en mai 2010 - Valery hache - AFP

Invitée de RTL, la chanteuse est revenue sur un échange tendu avec l'acteur, qui n'aurait pas apprécié une plaisanterie. En balançant sur la susceptibilité des hommes du milieu du divertissement.

Marianne James garde un souvenir en demi-teinte de Fabrice Luchini. Invitée de On refait la télé sur RTL dimanche, la jurée de La France a un incroyable talent a évoqué un échange tendu avec l'acteur, survenu sur le plateau de On n'est pas couché.

À l'époque, elle avait mimé l'endormissement lors de l'interview du comédien, qui avait parlé très longuement selon elle. Une plaisanterie qu'il n'avait pas appréciée:

"Ça l'a vexé", raconte celle qui est à l'affiche du spectacle Tatie Jambon. "Je n'essayais pas de lui faire mal, c'était une blagounette, c'était après tout pas méchant (...) Il (est allé) jusqu'à dire que la Nouvelle Star c'est de la merde, en tout cas que les chanteurs sont admirables mais (pas) ceux qui sont derrière la table."

"Vous ne pouvez pas leur marcher sur les pieds"

"Il me traite de Lio, comme s'il me traitait de conne", poursuit-elle. "Tout à coup c'est devenu une insulte, alors que c'est une nana super dans la vie, et toute aussi bien que lui. Visiblement, il est piqué, quoi."

Et d'énumérer les nombreux humoristes à l'égo facilement froissable, selon elle: "C'était vrai pour Bigard à l'époque (...) que ce soit Éric et Ramzy, que ce soit même Jamel (...) en tant que femme, même plus jeune quand je n'étais pas connue, vous ne pouvez pas trop venir leur marcher sur les pieds."

Une tendance visiblement connue par les gens du métier: "En tant que femmes humoristes, on en parle souvent. Que ce soit avec Anne Roumanoff, avec Bernier, Charlotte de Turckheim (...) les hommes n'aiment pas être repris."

B.P.