BFMTV

Michèle Bernier, fille du Professeur Choron, critique Charlie Hebdo

La comédienne, à l'affiche dans la série La Stagiaire, se montre assez critique, dans une interview au JDD, à l'encontre de l'hebdomadaire satirique, cofondé par son père, le Professeur Choron.

"Plus politisé et moins drôle", Michèle Bernier, fille du professeur Choron, créateur de Hara Kiri, devenu Charlie Hebdo, n'est pas très tendre à l'égard de l'hebdomadaire satirique, tel qu'il est aujourd'hui.

Dans un entretien accordé au JDD, l'actrice regrette ainsi le changement de ligne éditoriale de Charlie. Beaucoup plus politique, selon elle, qu'à l'époque de son père.

"De joyeux anars sans Dieu ni maître"

"Celui que j’ai connu, c’était 'Élections, piège à cons'. Des mécréants, de joyeux anars sans Dieu ni maître, c’était l’humour à plein pot fait par des gens extrêmement drôles et intelligents. (...) Ils n’affichaient pas d’engagement politique. Mon père n’a jamais voté de sa vie", confie-t-elle au JDD.

"Je ne reconnais plus le Charlie de mon enfance", souligne-t-elle également.

Charlie Hebdo a été créé en 1970, pour remplacer Hara-Kiri, cofondé par le professeur Choron avec Cavanna, et tout juste interdit. "J’ai grandi entre deux procès, évoque ainsi Michèle Bernier. Sous n’importe quel prétexte, Hara Kiri se faisait attaquer. L’armée ou les garants de la bonne morale… C’était permanent. Il fallait survivre, renaître à chaque fois, ne pas se laisser bâillonner".

Michèle Bernier joue actuellement dans une série policière diffusée sur France 3, La stagiaire. Elle y incarne Constance Meyer, une juge stagiaire.

M. R.