BFMTV

Les Eagles of Death Metal: "On veut être le premier groupe à jouer à nouveau au Bataclan"

Les Eagles of Death Metal, lors de leur interview accordée à Vice.

Les Eagles of Death Metal, lors de leur interview accordée à Vice. - Capture d'écran - Vice

Les Eagles of Death Metal livrent à Vice le récit détaillé de l'attaque du Bataclan, le 13 novembre dernier. Très choqués, les membres du groupe assurent cependant vouloir revenir jouer dans la salle parisienne à sa réouverture.

"On ne savait pas s'ils nous ciblaient, ni ce qu'il se passait..." Chaque membre des Eagles of Death Metal a livré à Vice le récit détaillé de l'attaque du 13 novembre au Bataclan, qui a fait 90 morts. En début de semaine, le magazine avait mis en ligne un premier "teasing" de l'interview vidéo, qui vient d'être diffusée dans son intégralité mercredi.

Pendant plus de 25 minutes, Jesse Hughes, Matt McJunkins, Eden Galindo, Julian Dorio et Shawn London, leur ingénieur du son, y racontent ce qu'ils ont vécu, et comment ils ont pu échapper à l'enfer du Bataclan. Après les premières secondes d'incompréhension, chacun emprunte un chemin différent pour tenter de sauver sa vie. Montant à l'étage, ou trouvant une issue derrière la scène.

"Une explosion a secoué la salle entière"

Matt McJunkins, le bassiste se retrouve, lui, coincé dans une pièce, derrière la scène. "J'ai dû faire un choix, traverser la scène ou aller dans cette salle. Les gens ont offert leur soutien et leur aide aux autres. Plusieurs personnes avaient été touchées et saignaient. On a barricadé la porte avec des chaises". Passent les minutes, entrecoupées de tirs. "Puis il y a eu une explosion, qui a secoué la salle entière". Les personnes terrées dans cette petite pièce ne savent pas encore que l'un des tireurs vient d'actionner sa ceinture d'explosifs. 

Julian Dorio, le batteur, s'est caché derrière les instruments de musique et équipements pour atteindre le côté de la scène. "Boot (Jesse Hughes, ndlr) a vu le bon moment pour fuir de la scène jusqu'à la porte. Ils ont fui devant moi, je les ai vus et je les ai suivis".

"Il a brandi son fusil sur moi"

Jesse Hughes s'est lui précipité à l'étage, vers les loges, à la recherche de sa petite amie, Tuesday. "J'ai ouvert la porte du couloir. A ce moment-là, j'ai vu le tireur. Il a brandi son fusil sur moi et le canon de fusil a frappé l'encadrement de la porte. Et je me suis dit 'oh merde'. Je me suis retourné. Je savais que des gens me suivaient. On cherchait tous un abri". Hughes redescend alors précipitamment, à la recherche d'une issue, sans avoir trouvé Tuesday. Il se trouve alors avec Julian et Eden, qui lui lancent: "Il faut qu'on se barre. "Je ne savais pas quoi faire. Mais quand Tuesday a vu Julian, j'ai entendu sa voix. J'ai su qu'elle allait bien". Son premier réflexe est ensuite de contacter Josh Homme, l'autre membre fondateur du groupe, qui ne se trouvait pas sur la scène au Bataclan ce soir-là.

"Il y avait du sang partout"

Shawn London se trouvait, lui, à l'arrière de la salle. Les terroristes sont arrivés derrière lui. "Ils sont entrés par la porte et ont commencé à tirer. Au hasard. Et les gens ont commencé à tomber au sol. Les gens couraient. Il n'y avait nulle part où aller. J'ai vu le tireur, il m'a regardé. Il a essayé de me tirer dessus mais il m'a loupé. Il a tiré sur ma console. A ce moment-là j'ai dit aux gens de s'allonger par terre. On s'est tous allongé. Il a dû croire que j'étais blessé, parce que je suis tombé assez vite. Tout le monde était blessé, il y avait du sang partout. Le tireur est resté et a continué à tirer, encore et encore. Il a hurlé Allah Akbar".

Profitant d'un moment où le tireur n'avait plus de balles, Shawn a pu s'approcher de l'entrée de la salle. L'homme a recommencé à tirer aussitôt après et s'est éloigné en direction de la scène. "Il a rechargé encore une fois et tout le monde a couru". L'ingénieur du son a alors attrapé une jeune femme blessée qu'il a emmenée avec lui. Mais alors qu'ils atteignaient les portes en verre de l'entrée, le tireur s'est de nouveau tourné vers eux et a tiré, faisant voler en éclat les portes de verre.

Les tueurs ont réussi à y entrer et à tous les tuer

"Il y avait une grande confusion et les couloirs se sont transformés en labyrinthes", évoque encore Jesse Hughes. "Plusieurs personnes se sont cachées dans notre loge. Mais les tueurs ont réussi à y entrer et à tous les tuer, sauf un gosse qui s'est caché sous ma veste en cuir". D'une voix tremblante, il explique que "les gens faisaient semblant d'être morts" pour échapper à la vigilance des terroristes, "ils étaient terrifiés". Mais surtout, "beaucoup ont été tués parce qu'ils ne voulaient pas abandonner leurs amis. Tellement de gens se sont placés devant d'autres" pour les protéger,

"J'ai peut-être peur, et peut-être que j'ai traversé pas mal de merdes, mais je respire. Je sais que je vais pouvoir parler à mon fils ce soir", souffle Jesse Hughes. "J'ai vraiment hâte de revenir à Paris. J'ai hâte de jouer. Je veux y retourner. Je veux être le premier groupe qui jouera au Bataclan".

M. R.