BFMTV

Le Youtubeur PewDiePie de nouveau accusé de racisme

Le youtubeur PewDiePie

Le youtubeur PewDiePie - Capture d'écran Youtube - PewDiePie

Quelques mois après un dérapage antisémite, le youtubeur le plus populaire du monde fait encore l'objet de critiques après avoir proféré une insulte raciste dans une vidéo.

Nouvelle controverse pour la star d'Internet. PewDiePie, youtubeur suédois connu pour ses chroniques sur les jeux vidéo, se retrouve de nouveau au cœur d'une polémique pour xénophobie. Le vidéaste est sous le feu des critiques après avoir proféré des insultes racistes alors qu'il jouait à un jeu vidéo en ligne.

Sur une vidéo disponible dimanche (et qui semble avoir été supprimée depuis) dans laquelle il testait le jeu en direct, on entend le Suédois de 27 ans dire à son adversaire: "Quel p****n de n***e", avant d'ajouter "quel p****n de trou du c*l! Je ne dis pas ça dans un sens péjoratif". Une séquence repérée par le Guardian.

L'abonné des scandales

À 27 ans, PewDiePie (Felix Kjellberg de son vrai nom) est le youtubeur le plus populaire au monde, fort de 57 millions d'abonnés. Si le ton décalé avec lequel il teste les jeux vidéo lui a valu la fidélité de ses admirateurs (et des revenus très conséquents), il provoque régulièrement l'indignation des internautes.

En février dernier, PewDiePie a perdu un contrat avec Disney à cause d'un dérapage antisémite: le youtubeur avait payé deux Indiens pour s'afficher avec une pancarte portant l'inscription "Mort aux Juifs", et diffusé les images sur sa chaîne. Quelques mois plus tôt, il avait vu son compte Twitter suspendu à cause d'une blague douteuse: il avait prétendu avoir rejoint le groupe État islamique.

Retour de bâton

Si le gamer n'a pas encore réagi à cette polémique, les retombées se font déjà sentir: Sean Vanaman, co-fondateur de la société de jeux vidéo Campo Santo, a annoncé sur Twitter qu'il allait déposer une plainte afin d'empêcher le youtubeur d'utiliser ses produits, arguant qu'il en avait "marre de cet enfant qui se fait de plus en plus d'argent sur (leur) dos":

"Il est pire qu'un raciste qui s'ignore: il propage des âneries méprisables qui nuisent vraiment à la culture de cette industrie", s'est-il emporté, encourageant d'autres développeurs à suivre son exemple.

B.P. avec AFP