BFMTV

Le procès du rappeur Jo Le Phéno reporté à septembre

-

- - -

Le procès du rappeur poursuivi en justice par des syndicats de police pour incitation à la haine dans son clip Bavure, est reporté au 27 septembre prochain, selon Le Figaro.

"Les condés, c'est des petits cons qui méritent de se faire plomber", "Je pisse sur la justice et sur la mère du commissaire", "Il faut se défouler sur la flicaille", ce sont ces paroles, tirées de la chanson Bavure, qui ont mené le rappeur Jo Le Phéno devant les tribunaux. Poursuivi en justice par plusieurs syndicats de police pour incitation à la haine, le rappeur devait être jugé ce mercredi. Selon une information du Figaro, l'audience a été reportée au 27 septembre.

Il devait comparaître devant la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris pour "provocation non suivie d'effet au crime et injure", indique encore le quotidien, qui précise que les forces de l'ordre n'ont été informées que tardivement de la date de l'audience.

"Stratégie juridique"

L'avocat de Jo Le Phéno, cité par Le Figaro, évoque, lui, "une stratégie juridique pour attendre que le climat soit plus calme pour traiter l'affaire".

Bavure avait beaucoup déplu aux forces de l'ordre qui y avaient vu un "appel au meurtre", à "tuer des policiers". A tel point que Bernard Cazeneuve, alors ministre de l'Intérieur avait à la demande de plusieurs syndicats de police, annoncé le 17 septembre, avoir porté plainte contre le rappeur, pour "haine anti-flics". Le ministère de l'Intérieur avait également été saisi pour que le clip soit retiré des plateformes en ligne.

Répondant sur son compte Facebook aux syndicats de police, le rappeur avait posté un long message indiquant: "Avec mes lyrics, je dénonce tous ces actes proférés, toutes ces bavures policières que nous subissons chaque jour et qui restent très souvent des injustices car les responsables ne sont jamais punis". 

Magali Rangin