BFMTV

Jo le Phéno: "Oui, j'ai craché sur la voiture de police, mais eux ce qu'ils font, c'est pire"

Jo Le Pheno dans le clip "Bavure"

Jo Le Pheno dans le clip "Bavure" - Capture d'écran

Le rappeur Jo le Phéno, auteur du morceau Bavure, qui a suscité la colère de la police, s'est livré dans une interview à Vice. Il assure n'inciter "personne à la haine".

"OK, j'ai craché sur une voiture [de police] mais eux, ce qu'ils font c'est pire que ça et ils ne sont jamais punis". Le rappeur Jo le Phéno, auteur d'un morceau intitulé Bavure, et pour lequel il est attaqué en justice par des syndicats de police, a répondu aux questions du magazine en ligne Vice. Il assure: "Moi je n'incite personne à la haine".

Sa chanson a pourtant beaucoup déplu aux forces de l'ordre qui dénoncent un "appel au meurtre", à "tuer des policiers". A tel point que le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, à la demande de plusieurs syndicats de police, a annoncé le 17 septembre, avoir porté plainte contre le rappeur, pour "haine anti-flics". Le ministère de l'Intérieur a également été saisi pour que le clip soit retiré des plateformes en ligne.

"Je ne vois pas pourquoi je ne pourrais pas m'exprimer"

Dans le morceau incriminé, Jo le Phéno chante: "je pisse sur la justice et sur la mère du commissaire", "sans hésiter faut les fumer" ou encore "où sont les condés, on va les taper".

Répondant sur son compte Facebook aux syndicats de police, le rappeur a posté un long message indiquant: "Avec mes lyrics, je dénonce tous ces actes proférées, toutes ces bavures policières que nous subissons chaque jour et qui reste très souvent des injustices car les responsables ne sont jamais punis. (...) "Si je ne me trompe pas, nous sommes en France, pays des droits de l'homme et de la liberté d'expression alors je ne vois pas pourquoi je ne pourrais pas m'exprimer et dire ce que je pense" .

Dans Vice, il ajoute encore: "Je ne suis pas l'ennemi numéro un non plus. C'est rien: c'est du rap, c'est de la musique. J'ai fait un son qui n'a pas plus au Ministre, voilà. Il y a des clips bien pires que ça, avec des armes, etc. En plus, je suis quelqu'un de cool moi. J'ai même pas un casier judiciaire incroyable".

"Nique la police"

Jo le Phéno n'est d'ailleurs pas le premier rappeur à évoquer la police en des termes crus et violents. Et à en subir les conséquences. Il y a vingt, Suprême NTM chantait Police, dont le refrain disait "Assassin de la police" et se concluait d'un "Nique la police". Ou encore "Donne-moi des balles pour la police municipale/Donne-moi un flingue"

JoeyStarr et Kool Shen avaient été condamnés en 1996 par le tribunal de Toulon à six mois de prison dont trois avec sursis, pour des propos tenus en préambule de la chanson, lors d'un concert à La Seyne-sur-Mer. Une peine allégée en appel à 50.000 francs d'amende (7.600 euros) et deux mois de prison avec sursis.

M. R.