BFMTV

Laurent Gerra: "Hanouna, je n'ai même pas envie de l'imiter"

Laurent Gerra à Deauville en septembre 2017

Laurent Gerra à Deauville en septembre 2017 - Charly Triballeau - AFP

Dans une interview au Figaro Magazine, l'humoriste étrille les animateurs et déplore le niveau "globalement catastrophique" de la télévision actuelle.

Quand la télé française en prend pour son grade. Laurent Gerra, qui fête son double anniversaire (ses 50 ans et ses 30 ans de carrière) avec une grande tournée intitulée Sans modération, a confié au Figaro Magazine tout le mal qu'il pensait du PAF. 

"La télé, c'est globa­le­ment une catas­trophe: on prend le public pour un ramas­sis de débiles. C'est l'obses­sion de la part de marché. Il n'y a plus rien au niveau d'Apostrophes ou du Grand Echiquier", a-t-il dit.

"Ardis­son, c’est de la provo­ca­tion à deux balles"

Pour l'humoriste, "le niveau des anima­teurs est quand même très bas" et il y a "un manque de culture qui est effrayant".

"Hanouna, je n’ai même pas envie de l’imi­ter. C’est un bate­leur", a-t-il estimé. "Ardis­son, c’est de la provo­ca­tion à deux balles, ce n’est pas Bouvard quand il faisait Un oursin dans le caviar. Lorsqu’on me reproche d’avoir certains sketchs un peu en dessous de la cein­ture, je dis que – pour moi – la vraie vulga­rité c’est Ardis­son qui fait Han… Han… Han… en retrous­sant ses babines". 

Laurent Gerra distribue toutefois un bon point à Marc-Olivier Fogiel, "un vrai passionné" selon lui. "Ce qu’il a fait pendant les soirées élec­to­rales, c’était plutôt bien", a-t-il assuré.
N.B.