BFMTV

Laura Smet sur l'écoute de l'album de Johnny: "On s'est retrouvé dans son bureau, Laeticia était là"

Dans une interview accordée au magazine Elle, Laura Smet évoque les quelques morceaux de l'album de son père qu'elle a pu écouter. C'était en octobre dernier, du vivant du rockeur. Il aurait eu 75 ans ce vendredi.

De tendres souvenirs père-fille. Dans une interview à paraître ce vendredi dans Elle, Laura Smet évoque ses derniers instants de complicité avec Johnny Hallyday. L'actrice revient notamment sur son écoute d'extraits du dernier album du chanteur, en octobre dernier, dont la sortie est prévue pour l’automne:

"On s’est retrouvés tous les trois dans son bureau, Laeticia était là et c’était un joli moment. Je sentais qu’il avait le trac. J’ai écouté huit titres, que j’ai trouvés remarquables, avec une voix démente."

"On n'avait pas besoin de se parler"

À travers cette anecdote, l’actrice de 34 ans se confie également sur le lien qui l’unissait à son père:

"Il me regardait pour voir si ça me plaisait. On n’avait pas vraiment besoin de se parler. On est des animaux, lui et moi. On se sentait. Cela suffisait. Et il a senti que j’adorais. C’est mon dernier vrai moment avec lui. Celui que je veux garder, en tout cas."

L'album en question est, depuis, au coeur d’un litige retentissant entre Laura Smet, David Hallyday et leur belle-mère, qui leur a refusé un droit de regard sur le disque. Une décision validée en avril par la justice. La veuve du rockeur et ses beaux-enfants se disputent autour du testament du chanteur, qui fait de Laeticia son unique héritière.

"Je n'ai rien choisi"

"Toute cette histoire a changé radicalement ma manière de voir la vie. J’ai eu une sensation de vertige, d’hyper-violence. Je ne me suis pas sentie à ma place. Cela m'est tombé dessus d’un seul coup, je n’y étais pas préparée (…) je n'ai rien choisi", confie la jeune femme.

Enfin, Laura Smet revient sur la notoriété de son père, dont elle n’a pas immédiatement pris la mesure: "J’ai pris conscience de sa stature lors du concert pour ses 50 ans, au Parc des Princes. J’étais encore enfant lorsque j’ai vu cette foule qui hurlait autour de lui (…) Je ne comprenais rien, j’avais peur pour lui", se souvient-elle.

La jeune femme, malgré les déboires que traverse le clan Hallyday, n'oublie pas sa carrière. Dans cet entretien, elle revient sur sa première expérience de réalisatrice, un court-métrage qui met en scène sa mère Nathalie Baye dans le rôle-titre. 

B.P.