BFMTV

Laetitia Casta contre la campagne #balancetonporc: "Après, ça va être quoi, balance ta salope?"

Laetitia Casta à Paris en 2016

Laetitia Casta à Paris en 2016 - Patrick Kovarik - AFP

La mannequin et comédienne française s'est exprimée sur la tribune collective du Monde dans laquelle plusieurs femmes critiquent le mouvement "balancetonporc".

L'affaire Weinstein, les campagnes #balancetonporc ou #MeToo, le mouvement Time's Up, la tribune du Monde sur la "liberté d'importuner"... Depuis plusieurs semaines, les affaires d'agressions et de harcèlement sexuels qui se sont multipliées depuis le scandale Weinstein à Hollywood ont fait naître autant de débats et de polémiques en marge des combats féministes menés aux quatre coins du monde. De nombreuses personnalités ont pris part à ces débats comme Oprah Winfrey ou Catherine Deneuve, avec des avis parfois divergents sur la question. Ce jeudi, la mannequin et comédienne Laetitia Casta s'est à son tour prononcée sur le sujet.

Dans un entretien accordé à Corse-Matin, celle qui est actuellement sur les planches dans Scènes de la vie conjugale donne son avis sur ce sujet sensible qui touche notamment le milieu du show-biz. "Je ne suis pas d'accord avec cette idée de #balancetonporc, explique Laetitia Casta. Après, ça va être quoi, balance ta salope?"

"Je ne suis pas une féministe, je suis une femme"

"Ce n'est pas dans l'agressivité que l'on va faire avancer les choses, ce n'est pas dans la haine de l'homme, poursuit-elle. Comment peut-on donner autant de pouvoir aux autres. On est responsable de nous-même. On est assez grande pour dire aussi ce qu'on veut! Je ne me considère pas comme une féministe mais comme une femme. Il faut que les femmes n'aient pas peur de prendre leur place."

Assurant prendre "part à plusieurs discours" sur les différents scandales qui ont éclaté ces dernières semaines, Laetitia Casta confie: "Lorsque je vois des femmes battues à mort et qu'on n'en parle pas beaucoup, c'est ça qui me choque vraiment. On va parler des actrices hollywoodiennes comme de victimes, oui mais alors parlons de toutes les victimes. Mais aussi des héroïnes. Ces sportives qui réussissent des exploits et qui n'ont pas une grande couverture médiatique. Parlons de tout et je suis d'accord!"

F.M.