BFMTV

"#Balancetonporc": un hashtag pour dénoncer le harcèlement sexuel

L'affaire Weinstein a eu pour effet de libérer la parole des victimes de harcèlement sexuel en milieu professionnel. Leurs témoignages se multiplient sur les réseaux sociaux.

Les hashtags indignés fleurissent régulièrement sur le réseau social Twitter. Mais le dernier en date #balancetonporc, qui veut permettre aux victimes de harcèlement sexuel de dénoncer publiquement ces actes, revêt une force inhabituelle. D'une part, car l'affaire Weinstein, du nom de ce producteur d'Hollywood harceleur présumé multirécidiviste, bat son plein. D'autre part, du rabaissement, à l'humiliation, en allant jusqu'à l'agression physique et au viol, les exemples sont infinis. Les témoignages sont crus, salaces, brutaux, en miroir des actes qu'ils dénoncent.

A l'origine, cet appel à libérer la parole des femmes victimes de ces agissements a été lancé par Sandra Muller, journaliste à La lettre de l'audiovisuel.

Son appel, "Toi aussi, balance ton porc!" s'est en deux jours répandu comme une traînée de poudre. La jeune femme a donné l'exemple en nommant l'un de ses agresseurs, patron à l'époque d'une chaîne thématique consacré à l'équitation. "Tu as de gros seins. Tu es mon type de femme. Je vais te faire jouir toute la nuit", raconte-t-elle.

Beaucoup, dont la députée Aurore Bergé, lui ont emboîté le pas et dénoncé le harcèlement dont elles ont été l'objet.

Ce harcèlement n'est pas l'apanage des milieux de la politique, des médias et du show business. Les cas sont présents dans tous les secteurs.

De nombreux hommes sont venus apporter leur soutien aux femmes.

La secrétaire d'Etat à l'Egalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, avait annoncé en septembre la mise en place d'un groupe de travail chargé de plancher sur la pénalisation du harcèlement sexuel dans la rue.

David Namias