BFMTV

Kendji Girac: "Je préfère aller dans ma caravane à Perpignan que dans une villa à Los Angeles"

Kendji Girac sur scène à Rabat en mai 2016

Kendji Girac sur scène à Rabat en mai 2016 - AFP

Alors qu'il vient de débuter sa nouvelle tournée, le jeune homme s'est confié sur sa vie de nomade.

Kendji Girac l'assure depuis des mois, et le confirme une nouvelle fois: non, la célébrité n'a pas (vraiment) changé son train de vie. Dans une interview publiée ce matin dans le Parisien, le jeune chanteur, qui vient de démarrer sa nouvelle tournée, a raconté qu'il avait ressenti le besoin de "reprendre [sa] vie simple d'avant", après s'être "lâché" lors de sa tournée précédente.

"J’ai repris ma langue, un mélange de catalan et de français avec des expressions gitanes. Parfois, quand je reviens chez moi après des périodes de travail, mes cousins me demandent: "Qu’est-ce qu’il t’arrive? Tu parles trop bien, c’est pas normal", a-t-il raconté, amusé.

"On peut me trouver dans des endroits improbables"

Symbole de cette vie d'avant, sa caravane, dans laquelle il vit toujours l'été, puisqu'il "bouge dans toute la France" avec sa famille. 

"On retrouve tous les cousins pendant les voyages à Lyon, Perpignan, Montpellier…", a-t-il expliqué. "Avec les caravanes, on s’arrête un moment sur des aires de stationnement. On peut me trouver dans des endroits improbables: dans un Intermarché, un Lidl ou un bar le soir".

L'interprète de Color Gitano a confié que dès qu'il le pouvait, il prenait un avion après ses concerts afin d'aller dormir dans sa caravane dans un camp.

"Ça me manque trop quand je suis en tournée. Je préfère aller dans ma caravane à Perpignan que dans une villa à Los Angeles!", a-t-il assuré.

Il vit "encore comme un gitan"

En novembre dernier, Kendji Girac avait assuré sur le plateau de Quotidien qu'il vivait "encore comme un gitan". "J’habite encore à Périgueux, j’ai ma maison et j’ai aussi ma caravane dans la cour. Lundi j’ai dormi dans ma caravane parce qu’il faisait trop froid", affirmait-il à Yann Barthès.

Le quotidien Sud Ouest, qui avait alors mené l'enquête pour vérifier la véracité de ses propos, avait écrit peu de temps après qu'il était "difficile de contredire la jeune star", aperçue régulièrement dans le coin.

Nawal Bonnefoy