BFMTV

Kendall Jenner, Bella Hadid et Emily Ratajkowski citées à comparaître dans l'affaire du Fyre Festival

Bella Hadid

Bella Hadid - Fyre Festival

La justice américaine s'intéresse aux mannequins qui ont participé à la promotion du Fyre Festival.

Les agences représentant Hailey Bieber, Bella Hadid et Emily Ratajkowski vont devoir révéler les sommes reçues pour assurer la promotion du Fyre Festival, une arnaque montée en 2017 par Billy McFarland.

Condamné depuis à six ans de prison, il est accusé d'avoir escroqué environ 24 millions de dollars (27 millions d'euros) à ses investisseurs.

Selon le Daily Mail, un juge new-yorkais a adressé vendredi dernier des citations à comparaître aux agences IMG Models et DNA Model Management, ainsi qu'à Kendall Jenner, afin de découvrir comment les sommes levées par Billy McFarland ont été utilisées. 

250.000 dollars pour une publication Instagram

Selon un document judiciaire obtenu par Billboard, IMG Models, qui représente notamment Bella Hadid et Alessandra Ambrosio, a reçu entre novembre 2016 et février 2017 1,5 million de dollars (soit 1,3 million).

DNA Model Management, qui compte Emily Ratajkowski parmi ses clientes, a reçu de son côté 299.000 dollars (260.000 euros) en mars 2017. Toutes apparaissent dans une vidéo promotionnelle du festival.

Kendall Jenner a quant à elle touché 250.000 dollars (240.000 euros), en janvier 2017, pour une publication Instagram, supprimée après une mise en garde de la Federal Trade Commission.

Deux documentaires, l'un produit par Netflix et l'autre par Hulu, ont relancé l'intérêt autour du Fyre Festival. Les mannequins citées à comparaître ne témoignent pas dans ces deux films, qui ont rencontré un grand succès en ligne.

Annoncé comme un festival de musique exceptionnel pour "happy few" fortunés, sur une île paradisiaque des Bahamas, l'événement a tourné au cauchemar pour les participants qui avaient déboursé entre entre 1.200 et 100.000 dollars. Une fiction sur le sujet est en préparation à Hollywood avec Seth Rogen.

Jérôme Lachasse