BFMTV

Johnny Hallyday: comment le chanteur a fait don de la Villa Montmorency à son fils David

Document BFMTV - Un acte notarié daté de 2002 confirme la donation que Johnny Hallyday a fait à son fils David.

En excluant volontairement ses deux premiers enfants de son testament, Johnny a fait naître une véritable bataille au sein du clan Hallyday. Deux mois après sa mort, les deux aînés du rockeur, David et Laura, ont lancé une première action en justice pour contester le testament américain de leur père au seul profit de sa veuve. De son côté, le camp adverse leur oppose des donations dont ils auraient bénéficié du vivant du chanteur. BFMTV a notamment pu se procurer l'acte notarié, daté de 2002, confirmant que Johnny Hallyday a bel et bien donné à son fils David Hallyday la moitié de la résidence qu'il possédait avec Sylvie Vartan: la Villa Montmorency.

Ce document de 12 pages révèle que cette donation s'est déroulée en deux étapes. En 1988, Johnny Hallyday a signé un premier acte dans lequel on peut lire que "Monsieur Jean-Philippe Smet a fait donation à son fils légitime, Monsieur David Smet, de la moitié de la nue-propriété (...), l'autre moitié appartenant à Madame Sylvie Vartan". Ce qui a permis à David Hallyday de devenir nue-propriétaire de la moitié de la villa: il obtient alors la co-propriété du bâtiment, mais ne peut pas l'occuper, car il lui faut pour cela l'usufruit, le droit d'utiliser le bien.

Une villa estimée aujourd'hui à 10 millions d'euros

Cet usufruit aurait dû normalement s'acquérir au décès de Johnny Hallyday, mais le 20 mars 2002, le chanteur a signé un nouveau document dans lequel "le donateur fait donation au donataire, qui accepte expressément, de la moitié de l'usufruit lui appartenant." En clair, David Hallyday reconstitue la pleine propriété de la moitié de la résidence estimée à l'époque à 3 millions d'euros et qui en vaudrait aujourd'hui plus du triple. Cette donation serait selon le document la seule consentie par Johnny à son fils aîné depuis dix ans.

-
- © -

Dans la bataille judiciaire dans laquelle il se sont lancés, David Hallyday et Laura Smet espèrent faire appliquer les règles du droit français dans la succession de leur père. Si les deux premiers enfants de Johnny Hallyday y arrivent, les sommes qu'ils ont reçues par donation devront être déclarées et retranchées de leur part d'héritage.

Une histoire de donations

Dans son dernier testament daté de 2014 et dressé devant un notaire à Los Angeles, Johnny Hallyday expliquait pourquoi il choisissait de déshériter ses deux aînés, ce qui n'est théoriquement pas possible dans le droit français: "Je ne prends expressément aucune disposition dans ce testament ou dans aucun autre document à l'intention de mes enfants David Smet et Laura Smet, auxquels j'ai déjà fait des donations par le passé".

Dans un communiqué transmis par les avocats de Laura Smet, Emmanuel Ravanas, Hervé Temime et Pierre-Olivier Sur, celle-ci confirmait que "son père lui a permis d'acquérir par deux donations un appartement de 106,78 m2 situé rue Bonaparte à Paris et que son père lui versait mensuellement de l'argent pour le remboursement du crédit immobilier souscrit".

Fabien Morin, avec Maya-Anaïs Yataghène