BFMTV

Jean-Luc Mélenchon raconte son régime minceur à base de quinoa

Jean-Luc Mélenchon a perdu 5 kilos en un mois grâce au quinoa

Jean-Luc Mélenchon a perdu 5 kilos en un mois grâce au quinoa - Capture d'écran Gala

L'eurodéputé et candidat de "La France insoumise" s'est confié à Gala sur sa nouvelle passion, le quinoa, et les vertus de cette plante dans sa course à la présidentielle.

Si les candidats à la présidentielle entendent bien peser dans la course à l'Elysée en 2017, l'heure est pourtant aujourd'hui au régime pour certains. C'est notamment le cas de Jean-Luc Mélenchon. L'eurodéputé et candidat de "La France insoumise" a dévoilé son "secret minceur" lors d'un entretien accordé (dans la cuisine de son appartement à Paris) au magazine Gala.

Chez les politiques, chacun y va de sa méthode pour perdre du poids. Si François Hollande s'était privé de pain, desserts et vin pour se délester d'une dizaine de kilos en 2012 et si Nicolas Sarkozy opte lui pour le sport pour préserver sa ligne, Jean-Luc Mélenchon a semble-t-il trouvé une arme efficace avec... le quinoa. "La salade de quinoa a joué un grand rôle pour moi cet été, assure-t-il. Elle m'a aidé à faire une sorte de régime végétarien."

Cinq kilos perdus en un mois

Comme l'explique le candidat à l'élection présidentielle, le quinoa lui a permis de remplir deux objectifs. "Le premier, c'est de revenir au poids le meilleur pour moi. Parce que je ne peux pas commencer une campagne électorale en étant au maximum de mon poids. Il y a un rapport entre le poids que l'on pèse et le nombre d'heures de sommeil dont on a besoin. Et le sommeil a un rapport avec la mémoire, confie-t-il. Deuxièmement, je fais des efforts, comme beaucoup de gens, pour passer à un régime alimentaire avec moins de protéines carnées. Et j'ai découvert il y a deux ans le quinoa. Le quinoa, c'est vraiment la plante de l'avenir." 

Les vertus du quinoa auraient visiblement fait leurs preuves, puisque le candidat de "La France insoumise" a ainsi perdu cinq kilos en un mois. Avec ce régime, Jean-Luc Mélenchon y voit aussi une manière de "mili­ter contre la souf­france animale et contre un système de surpro­duc­tion qui se fait au détriment de la viande de qualité".