BFMTV

Héritage de Johnny Hallyday: Laeticia dit "choisir la paix" après des mois de conflit judiciaire avec Laura et David

Johnny et Laeticia Hallyday

Johnny et Laeticia Hallyday - Capture d'écran Instagram

Dans un post Instagram, Laeticia Hallyday s'exprime sur sa décision de renoncer à faire appel de la compétence de la justice française.

Coup de théâtre dans l'affaire de l'héritage de Johnny Hallyday: mardi, sa veuve Laeticia a renoncé à contester la compétence de la justice française pour trancher le conflit qui l'oppose depuis des mois aux enfants aînés du rockeur, David et Laura. Elle s'en est expliqué dans un post Instagram.

"Voilà bientôt deux années que mon monde s’est arrêté de tourner. Deux années de douleurs si profondes, deux années sans mon homme, plongée dans un deuil si difficile", commence-t-elle sous un portrait en noir et blanc où elle apparaît au côté du chanteur.

"Un lendemain de paix paisible et serein"

"Aujourd’hui, lorsque je vois grandir nos filles, je sens la nécessité et l’espoir indéniable d’un lendemain de paix paisible et serein, un lendemain digne de notre histoire, à la hauteur de nos rêves partagés", poursuit-elle.

"Nombreux sont ceux qui m’ont tenu responsable des dernières volontés de mon mari", ajoute Laeticia Hallyday, qui estime qu'il est temps "d’éclaircir et d’apaiser, dans un dialogue constructif et serein, les incompréhensions et les querelles qui ont maintenant trop duré".

"Je choisis la paix. C’est avec cette volonté que j’ai donné, dès aujourd’hui, instructions à mes conseils pour toutes les démarches procédurales à suivre", conclut-elle.

Un revirement spectaculaire

Cette décision marque un revirement spectaculaire de celle qui réclamait depuis plusieurs mois que la justice américaine soit la seule à se prononcer sur sa querelle avec David Hallyday et Laura Smet, qui contestent le testament rédigé en 2014 par leur père aux Etats-Unis. Le chanteur y lègue l'ensemble de sa fortune à sa dernière épouse et à leurs deux filles.

Fin mai, un jugement du tribunal de grande instance de Nanterre avait infligé un sérieux revers à Laeticia Hallyday en concluant que Johnny était résident français au moment de sa mort en décembre 2017, malgré ses nombreux séjours aux Etats-Unis. Les juges de Nanterre avaient ainsi estimé que la rockstar avait conservé "jusqu'au bout un mode de vie tout à la fois itinérant et bohème, mais surtout très français, qui l'amenait à vivre de façon (...) habituelle, en France". 

La veuve du chanteur avait déjà annoncé lundi qu'elle s'engageait à ce que David et Laura "bénéficient d'informations" sur la "construction" du caveau qui devrait abriter le cercueil de Johnny, une opération sur laquelle les aînés de la rockstar souhaitent être consultés.

dossier :

Johnny Hallyday

Nawal Bonnefoy avec AFP