BFMTV

Faussement accusé de viol, Pierre Palmade veut s'éloigner de ses démons: "C'est l’histoire de trop"

Pierre Palmade.

Pierre Palmade. - AFP

L'humoriste et acteur revient sur la "mauvaise rencontre" qui l'a conduit à être faussement accusé de viol.

Plus de deux semaines après les faits, Pierre Palmade revient sur la "mauvaise rencontre" qui l'a conduit a être faussement accusé de viol. Pour l''acteur, tout commence lorsqu'il replonge dans la drogue malgré deux cures de désintoxication:

"Après des mois d’abstinence, je pensais être en sursis", explique-t-il dans une interview publiée ce samedi dans Le Monde. "Mais, ce soir-là, j’ai été vulnérable, j’ai bu à nouveau et j’ai repris de la cocaïne. J’ai fait une mauvaise rencontre dans un bar avec un garçon qui avait pris les mêmes drogues et qui est d’accord pour rentrer avec moi."

"Il est devenu dingue, a saccagé mon appartement"

Sous l'influence de stupéfiants, les deux hommes se querellent. Pierre Palmade demande à son invité de partir: "Il n’a pas voulu et m’a dit: 'Puisque c’est comme ça, je vais détruire ta carrière et raconter que tu m’as drogué et violé.' Il est devenu dingue, a saccagé mon appartement. Cela s’est terminé au commissariat. Deux heures plus tard, devant les policiers, il a avoué avoir menti. De mon côté, j’ai reconnu ma prise de cocaïne", raconte l'acteur qui aura une amende et devra confirmer être en rétablissement.

"Sortir de cette maladie illégale"

Cette affaire, dit-il, l'a "ramené à la réalité": "C'est une leçon. Voilà où mène mon addiction: une mauvaise rencontre avec des accusations délirantes. C’est l’histoire de trop [...] Je veux m’éloigner de mes démons." Il veut désormais se "rétablir" et "sortir de cette maladie illégale":

"Il faut que je sois, à vie, très vigilant", martèle-t-il. "Je ne veux plus en reprendre [...] Je tourne la page du show-business pour faire ce métier de manière plus paisible. Les problèmes d’alcool et de drogue, je souhaite, je veux, je prie pour qu’ils soient derrière moi."

L'homme qui l'a faussement accusé de viol sera jugé en octobre pour "usage de stupéfiants" et "dégradations".

Jérôme Lachasse