BFMTV

Corinne Masiero répond à ses détracteurs: "Moi, ma force, c'est d'être moche et populaire et vulgaire"

L'actrice Corinne Masiero, en costume de "Peau d'Ane", manifeste la détresse du monde culturel lors de la 46ème édition des César présentée par Marina Fois (d), à Paris le 12 mars 2021

L'actrice Corinne Masiero, en costume de "Peau d'Ane", manifeste la détresse du monde culturel lors de la 46ème édition des César présentée par Marina Fois (d), à Paris le 12 mars 2021 - Bertrand GUAY © 2019 AFP

L'actrice, qui a fait une apparition choc et dénudée lors de la dernière cérémonie des César pour dénoncer la précarité des artistes, se moque des critiques qu'elle reçoit depuis le week-end dernier.

Cible de nombreuses critiques et insultes, et d'une plainte du collectif Oser la France, depuis son apparition choc et dénudée lors de la dernière cérémonie des César, Corinne Masiero adresse un message à ses détracteurs.

"Moi, ma force, c'est d'être moche et populaire et vulgaire, parce que vulgaire, c'est 'qui vient du peuple' et donc si ça gêne des gens, bah posez-vous des questions", a-t-elle déclaré mercredi dans l'émission A l'air libre de Médiapart.

"Qu’une meuf de mon âge se foute à oilpé [à poil, NDLR], sans être rafistolée, avec les miches qui tombent et puis la cellulite [...] le ventre comme ça et les seins qui font comme ça [...], pas épilée, rien du tout. Oh mon dieu!", a-t-elle déclaré en se moquant de ceux qui se sont offusqués de son happening. "Ça révèle beaucoup de choses, non? On est bien dans une société patriarcale et sexiste."
"L’idée était de montrer qu’on était à poil", poursuit-elle, à propos de la précarité des artistes depuis le début de la pandémie. "Et il faut vraiment le faire, sinon ça n’a aucun sens", ajoute-t-elle. "Ce dont on parle le plus, ce sont de mes vieilles fesses en ruines [...] mais ce qui est génial, et ça je suis contente parce que c’était le but, c’est qu’on en parle."

Corinne Masiero dit avoir reçu des messages de soutien du monde entier, "du Brésil, de Corée du Sud, des Etats-Unis et de l’Inde": "Je ne m’attendais vraiment pas à ça. Il y a beaucoup de nanas d’un certain âge qui m’ont dit 'merci de montrer votre corps parce qu’on a le droit d’exister aussi'."

"Les paroles, on s'en fout"

Corinne Masiero a également réagi mardi dernier sur BFMTV aux propos tenus sur RTL par Roselyne Bachelot, qui a dénoncé une politisation de la cérémonie des César, qu'elle a jugée "pas utile au cinéma français".

"Je n'ai pas envie de répondre à madame Bachelot, ni aux chiens de garde du gouvernement, parce que je ne les écoute pas. Par principe, je ne les écoute pas", a-t-elle expliqué. "J'imagine que ça ne devait pas être très gentil. Ce qui est dommage, c'est qu'elle aurait pu me le dire, parce qu'elle était dans la salle au début semble-t-il et elle s'est barrée. Si elle a des choses à dire, elle les dit en face, déjà."

Et la comédienne de poursuivre: "Les paroles, on s'en fout. Moi, je m'en fous complètement. Maintenant, c'est des actes. Qu'est-ce qu'elle a proposé comme acte? Elle n'a rien proposé. That's it, that's all. Parlons de choses intelligentes. Les paroles, c'est bien beau, mais à un moment, il faut agir."

Corinne Masiero n'avait prévenu personne de son geste, "pour ne pas mettre les gens dans la merde", pas même Marina Foïs, la maîtresse de cérémonie de la soirée, a-t-elle raconté dans les colonnes du Parisien: "J'ai préparé mon texte modifié et avec l'aide de deux costumières qui m'ont aidée à écrire des phrases sur mon dos, j'ai attendu le dernier moment".  

https://twitter.com/J_Lachasse Jérôme Lachasse avec AFP Journaliste BFMTV