BFMTV

César 2021: Roselyne Bachelot trouve "navrant de voir des artistes piétiner leur outil de travail"

La ministre de la Culture réagit ce mardi à la cérémonie des César, marquée par de nombreuses prises de parole à son encontre.

Les César 2021 n'auront pas été tendres avec le gouvernement. À l'arrêt depuis un an à cause du Covid-19, le monde du cinéma a multiplié les adresses corrosives à la ministre de la Culture au cours de la cérémonie, qui s'est déroulée vendredi soir à l'Olympia. Roselyne Bachelot a réagi ce mardi matin sur RTL:

"Je crois que cette cérémonie n'a pas été utile au cinéma français", regrette-t-elle. "Le côté meeting politique de cette affaire, je pense, a nui à l'image du cinéma français." Et de rappeler: "Le cinéma, c'est une industrie. Les César, c'est une vitrine pour vendre notre cinéma à l'international. Est-ce que vous voyez l'image que ça a donné? C'est navrant de voir des artistes piétiner leur outil de travail."

De multiples revendications

La 46e cérémonie des César aura sans doute été la plus politique de leur histoire. Tour à tour, les artistes se sont succédé pour dénoncer les mesures sanitaires mises en place, pointant du doigt l'ouverture des lieux de culte ou des grands magasins quand les salles de cinéma, de spectacle et de concerts restent fermées.

Roselyne Bachelot, leur ministre de tutelle, en a particulièrement fait les frais. Le public aura surtout retenu l'intervention-choc de l'actrice Corinne Masiero, couverte de faux sang et entièrement nue, venue réclamer la relance du secteur.

Le gouvernement "protégera les artistes"

"Dans aucun pays du monde un État n’aide le cinéma comme on le fait", répond ce mardi Roselyne Bachelot, qui a assisté à la cérémonie depuis les loges, d'après Le Parisien. "1,2 milliard d’aides en 2020, et nous continuons en 2021."

Elle ajoute que la cérémonie n'a pas reflété les sentiments de tout le secteur. "J'ai reçu des centaines de messages de gens qui me disaient 'on a eu honte'", affirme la ministre de la Culture, qui note également l'agacement du public, visible sur le web au lendemain de la soirée:

"Sur les réseaux sociaux, les commentaires, alors que les gens aiment leur cinéma (...) il s'est sécrété une antipathie absolument incroyable."

Si Roselyne Bachelot refuse toujours de donner de date précise, elle assure que le gouvernement travaille à "donner de la visibilité à la réouverture des lieux de culture", en préparant des "protocoles robustes". Et promet que l'aide aux artistes ne faiblira pas, alors que la prolongation de l'année blanche pour les intermittents est sur la table: "Nous aurons un système qui, de toute façon, je le dis solennellement, protégera les artistes. Aucun droit ne sera écorné. C’est le plus important à savoir."

https://twitter.com/b_pierret Benjamin Pierret Journaliste culture et people BFMTV