BFMTV

Oscars et César: ces discours de remerciements que vous ne verrez plus

Gwyneth Paltrow, Roberto Benigni, Marion Cotillard, oscarisés et heureux de l'être.

Gwyneth Paltrow, Roberto Benigni, Marion Cotillard, oscarisés et heureux de l'être. - Timothy A. Clary - Kevin Winter - Getty Images - AFP

Les artistes qui recevront un Oscar ou un César cette année sont priés de faire plus court et plus concis au micro. Le but est d'éviter les discours interminables, où l'on remercie la terre entière. En voici quelques exemples.

"Cette année, il est impératif que tout soit fini à minuit moins cinq. Démerdez-vous. Pas plus de deux minutes et demie par intervention". Alain Terzian, président des César, a prévenu, samedi, lors du déjeuner des nommés au Fouquet's: les césarisés sont priés de faire court. "Aux Oscars, les lauréats ont droit à une minute trente chacun et ils y arrivent!", a-t-il ajouté. 

Aux Oscars aussi, on s'organise. Histoire d'éviter la litanie plombante des remerciements, les oscarisables doivent cette année fournir une liste des personnes qu'ils remercient. Celle-ci défilera pendant leur discours, et leur permettra de parler d'autre chose. Le manque de diversité ou le sexisme à Hollywood, par exemple.

Voici quelques discours de remerciements aux Oscars et aux César, piochés dans les éditions précédentes et qui ne collent plus aux canons actuels. Comme l'a si bien dit Elle DeGeneres, "ce n'est pas que nous n'avons pas le temps d'écouter de longs discours, c'est que nous n'avons pas le temps d'écouter des discours barbants. Si vous n'avez rien d'intéressant à dire, vous n'avez qu'à inventer".

> Adrien Brody, 2002

Il avait beau ne pas avoir écrit de speech ("à chaque fois que j'en ai écrit un, je ne gagne pas"), Adrien Brody a largement dépassé le temps réglementaire. L'acteur du Pianiste, a ainsi tenu pas loin de cinq minutes, après avoir goulûment embrassé l'hôtesse, Halle Berry, mi-horrifiée, mi-dégoûtée. Les organisateurs ont même tenté d'envoyer la musique, pour lui couper la parole. Mais son discours a le mérite d'être drôle et émouvant. Il lui a valu une standing ovation.

> Gwyneth Paltrow, 1999, 

Non seulement le discours de Gwyneth Paltrow, recevant l'Oscar en 1999 pour son rôle dans Shakespeare in love, est inintéressant, mais il est noyé dans des litres de larmes. Elle y remercie la terre entière, entre deux sanglots. Même Meryl Streep, filmée dans le public, et également nommée cette année-là, a l'air gênée pour Gwyneth. Nous aussi. 

> Marion Cotillard, 2008

Récompensée d'un César pour son rôle dans La Môme, Marion Cotillard remercie (longuement) Olivier Dahan, l'équipe du film, tous ses partenaires, ses parents... Elle récidivera, en plus court mais plus lacrymal, aux Oscars, deux jours plus tard. 

> Roberto Benigni, 1999

Primé pour La vie est belle, meilleur film en langue étrangère, l'exubérant Roberto Benigni se lance avec enthousiasme dans une logorrhée poétique, décousue et interminable, dans un anglais approximatif. Le public se met à applaudir pour tenter d'endiguer le flot de paroles, en vain. 

> Kristen Stewart, 2015

Double fail pour l'actrice américaine, récompensée du César du meilleur second rôle féminin l'année dernière, pour Sils Maria. Non seulement elle a failli se prendre son César dans la figure - elle n'a pas voulu le prendre des mains de JoeyStarr qui le lui tendait, prétextant des mains moites, il l'a alors bruyamment posé sur le pupitre - mais elle a ensuite livré un monologue un peu chaotique, en anglais.

Elle est ensuite allée confier sur le plateau de Conan O'Brien son ennui durant la cérémonie longue de quatre heures sans pause, avec une oreillette en panne. Résultat, lorsque l'heure de sa catégorie est arrivée, elle était en train de "dormir les yeux ouverts". 

https://twitter.com/Radegonde Magali Rangin Chef de service culture et people BFMTV