BFMTV

"Matrix": la réalisatrice Lilly Wachowski confirme que la saga est une allégorie de la transidentité

Matrix Reloaded avec Keanu Reeves

Matrix Reloaded avec Keanu Reeves - Warner Bros. Pictures

La cinéaste, qui a réalisé la trilogie avec sa soeur Lana Wachowski, révèle ce que beaucoup de fans avaient perçu: l'histoire de Neo fait écho à la transidentité des deux femmes.

Lilly Wachowski, l'une des co-réalisatrices de la saga Matrix, vient de confirmer une théorie persistante de fans: la trilogie de science-fiction du début des années 2000 est, au moins en partie, une allégorie de la transidentité.

"Je suis ravie que ce soit désormais connu. Que c'était l'intention d'origine. Mais le monde, et le monde de l'entreprise n'étaient pas encore prêts", explique-t-elle dans une interview vidéo publiée par Netflix.

Elle évoque le changement de la perception du film au fil des années: "J'aime qu'il y ait une évolution dans la manière dont nous percevons l'art, qu'elle ne soit pas linéaire, et que nous puissions toujours parler de quelque chose d'un nouveau point de vue, à travers un nouvel éclairage."

La science-fiction comme écho

Les soeurs Lilly et Lana Wachowski, chacune née dans un corps de garçon, n'avaient pas encore fait leur coming-out transgenre lorsque la trilogie portée par Keanu Reeves est sortie, entre 1999 et 2003. Elles étaient alors perçues comme des hommes, et n'ont entamé leur transition vers le sexe opposé qu'au cours des années suivantes.

Ces révélations avaient attisé la curiosité de certains admirateurs de la saga, qui devinaient un écho entre leur parcours personnel et la trame des films dans lesquels Neo, un hacker surdoué, découvre que le monde dans lequel nous vivons n'est qu'une illusion mise en place par un système informatique. En un mot, que les apparences cachent une réalité qui échappe à notre perception.

"Je suis ravie que les gens parlent des films Matrix en y décelant un récit sur la transidentité. J'adore que les films Matrix soient aussi importants pour les personnes trans. Elles viennent me dire 'Ces films m'ont sauvé la vie'. Parce que quand vous parlez de transformation, et particulièrement dans le monde de la science-fiction (...) il y a l'idée de rendre possible ce qui semble impossible, et je pense que c'est ce qui résonne en eux."

Elle révèle également qu'à l'origine, le personnage secondaire de Switch (interpété par Belinda McClory) devait être "un homme dans le vrai monde et une femme dans la matrice".

"Nous voulions créer des mondes"

"Je ne sais pas à quel point ma transidentité était présente dans un coin de ma tête quand nous écrivions (les films)", poursuit-elle. "Mais tout venait du même feu. (...) Lana et moi existions dans un monde où les mots n'existaient même pas, alors nous nous réfugions toujours dans notre imagination. C'est pourquoi je me suis toujours dirigée vers la science-fiction, la fantasy, ou le jeu Donjons et Dragons. Nous voulions créer des mondes, et je pense que ça nous a libérées en tant que réalisatrices."

Devenue une référence dans le monde de la science-fiction comme dans le cinéma populaire, la saga Matrix a rapporté plus de 1,6 milliard de dollars au box-office mondial. Un quatrième volet, dans lequel Keanu Reeves reprendra son rôle, est en préparation.

https://twitter.com/b_pierret Benjamin Pierret Journaliste culture et people BFMTV