BFMTV

James Bond: Rami Malek n'aurait pas accepté de jouer le méchant s'il avait été "identifié à une religion"

Rami Malek aux Emmy Awards en septembre 2016

Rami Malek aux Emmy Awards en septembre 2016 - AFP

L'acteur américain d'origine égyptienne s'est assuré que le méchant du prochain film James Bond ne reflétait pas "une idéologie ou une religion" avant d'accepter le rôle.

Rami Malek n'aurait pas joué le méchant dans le 25e opus de James Bond, dont le tournage est en cours, si le personnage, un terroriste, "reflétait une idéologie ou une religion". 

Il s'est assuré que ce ne serait pas le cas avant d'accepter le rôle, craignant que ses origines égyptiennes ne puissent être détournées à des fins caricaturales, a-t-il assuré au tabloïd britannique Daily Mirror. Il a ainsi posé ses conditions au réalisateur Cary Fukunaga, confiant lui avoir dit:

"On ne peut pas identifier (le personnage) avec tout acte de terrorisme reflétant une idéologie ou une religion (...). Si c'est la raison pour laquelle je suis votre choix, alors vous ne pouvez pas compter sur moi".

"Mais ce n'était clairement pas la vision" de Cary Fukunaga. Le méchant "est un terroriste d'un tout autre genre", a ajouté Rami Malek.

Un poids "considérable" sur ses épaules

L'acteur de 38 ans est issu d'une famille de coptes égyptiens immigrés dans la banlieue de Los Angeles, aux Etats-Unis. Attaché à ses racines, il a estimé en 2018 dans un entretien avec le magazine GQ qu'"il n'y avait pas de première génération ni de seconde génération" d'immigrés: "Je suis Egyptien".

"J'ai grandi en écoutant de la musique égyptienne. J'aimais Oum Kalthoum. J'aimais Omar Sharif", a-t-il précisé. "Je suis tellement épris et intimement lié à la culture égyptienne. C'est la combinaison de qui je suis".

Cette année, Rami Malek a collectionné les prix pour son interprétation de Freddie Mercury, chanteur emblématique de Queen, et a notamment remporté l'Oscar du meilleur acteur. Pour James Bond, Rami Malek "ressent un poids considérable sur ses épaules".

"Bond est quelque chose avec lequel nous grandissons tous", a-t-il souligné au Daily Mirror.

Le film attendu au printemps 2020

Le tournage, en cours, a suscité des inquiétudes à la suite de la blessure fin mai de Daniel Craig, l'interprète du célèbre espion de sa Majesté puis d'un incident début juin, qui n'a pas fait de blessé.

Mais dans un autre entretien au média spécialisé Digital Spy publié le 19 juin, Rami Malek a tenu à rassurer le public sur le calendrier du tournage. Si l'acteur n'avait pas "encore tourné avec Daniel" Craig mi-juin, il avait déjà tourné "une semaine en Norvège". La sortie du film est prévue pour avril 2020.

Nawal Bonnefoy avec AFP