BFMTV

Festival de Cannes: mort du réalisateur Ermanno Olmi, Palme d'or 1978 pour L'Arbre aux sabots

Ermanno Olmi

Ermanno Olmi - Alberto Pizzoli / AFP

D'une durée de presque trois heures, L'Arbre aux sabots raconte l'histoire de quatre familles de paysans pauvres à la fin du XIXe siècle.

Le réalisateur italien Ermanno Olmi, qui a reçu la Palme d'or en 1978 pour L'Arbre aux sabots, est mort, a annoncé ce lundi 7 mai le Festival de Cannes sur Twitter. Né le 24 juillet 1935, il avait 86 ans. 

Malade depuis de longues années, le cinéaste autodidacte, pionnier dans le genre documentaire, s'est éteint à l'hôpital de Asiago, près de Vicence (nord de l'Italie), où il avait été admis vendredi en raison de l'aggravation de son état.

"La disparition de Ermanno Olmi prive la culture italienne d'un géant, un très grand maître du cinéma italien", a réagi le ministre de la Culture, Dario Franceschini. "Intellectuel profond qui a sondé et exploré les mystères de l'homme et raconté, avec la poésie qui caractérise ses œuvres, le rapport entre l'homme et la nature, la dignité du travail, la spiritualité", a-t-il ajouté.

Un style très personnel

Réalisateur de documentaires dans les années 1950 et 1960, il avait rencontré le succès à la fin des années 1970 avec L'Arbre aux sabots, qui a décroché, outre la récompense suprême de la Croisette, le César du meilleur film étranger en 1979.D'une durée de presque trois heures, L'Arbre aux sabots raconte l'histoire de quatre familles de paysans pauvres à la fin du XIXe siècle. 

Créateur d'un style très personnel, Ermanno Olmi a expérimenté de nombreuses formes cinématographiques, portant les dialectes italiens à l'écran comme dans L'Arbre aux sabots ou encore le genre religieux dans A la poursuite de l'étoile (1982), où il revisite l'histoire des rois mages avec des acteurs non professionnels

Après une longue maladie, Ermanno Olmi était revenu à la réalisation à la fin des années 1980, obtenant le Lion d'Argent à la Mostra de Venise en 1987, avec Lunga vita alla signora et le Lion d'or en 1988, pour La Légende du saint buveur. En 2005, il avait co-réalisé Tickets avec les maîtres Ken Loach et Abbas Kiarostami.

Jérôme Lachasse avec AFP