BFMTV

César 2019: le réalisateur japonais Hirokazu Kore-Eda présente ses "excuses" pour un "petit couac"

Hirokazu Kore-Eda, le 21 février 2019 à Los Angeles

Hirokazu Kore-Eda, le 21 février 2019 à Los Angeles - Rodin Eckenroth - Getty Images North America - AFP

Son film, Une affaire de famille, a remporté la statuette du meilleur film étranger. Mais personne n'est venu la récupérer.

Le cinéaste japonais Hirokazu Kore-Eda a présenté ses "excuses" aux organisateurs des César pour le "petit couac" intervenu vendredi, personne n'étant venu chercher la récompense remise à son film Une Affaire de famille, dans un message transmis au Journal du dimanche.

Le réalisateur de ce film poignant, Palme d'or du dernier Festival de Cannes, qui met en scène une famille de voleurs au grand coeur dans le Japon contemporain, était déjà vendredi à Los Angeles où il est en lice pour les Oscars remis ce dimanche.

Lettre perdue

Lors de l'annonce de la remise du César du meilleur film étranger à Une Affaire de famille, personne n'était monté sur scène pour chercher la statuette, ce qui avait suscité un certain flottement. Le cinéaste japonais avait pourtant préparé une lettre à lire devant la salle en cas de victoire, rapporte le JDD.

"Il semblerait qu'un petit couac ait empêché le message de vous parvenir et que personne n'ait été présent dans la salle pour recevoir le prix à ma place. Au nom de toute l'équipe du film, je présente mes plus sincères excuses à l'Académie des César pour cette impolitesse", écrit-il dans un texte transmis au journal dominical.

Un doublé grâce aux Oscars? 

Hirokazu Kore-Eda, dont le prochain film réunira Catherine Deneuve et Juliette Binoche, remercie dans sa lettre le distributeur, Le Pacte, "qui a accompagné la sortie française du film avec succès". Le distributeur n'était pas joignable dimanche pour un commentaire.

Lors de la 91e cérémonie des Oscars, qui a lieu dimanche à Hollywood, Une affaire de famille fait partie des cinq films nommés pour l'Oscar du meilleur film en langue étrangère.

Benjamin Pierret avec AFP